DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



GAB ϟ CA VA ÊTRE TOUT NOIR !

Gabriele Colantonio
avatar


Age : 23 Merci qui : Moi. Messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 8 Juil - 9:37
COLANTONIO GABRIELE
27 ANS
ITALIEN
ALTAR SACRIFICII | fou ou cavalier (help ;_;)
CÉCITÉ【CAECITAS】

Presque comparable à Médusa, il vaut mieux ne pas croiser le regard de Gabriele sous peine de devenir aveugle. Ce pouvoir pourrait cependant avoir des conséquences sur sa vision : une utilisation trop longue finirait par le rendre aveugle lui-même. C'est pourquoi la durée moyenne est aux alentours de cinq minutes. La récupération s'effectue plus tardivement et survient une migraine plus ou moins agaçante. Son pouvoir n'est utilisable que sur une personne à la fois et a pour caractéristique aussi de rendre ses yeux complètement noirs et les iris rouge vermillon lors de son utilisation.





CARACTÈRE
Gabriele est un personnage tordu, très taquin. Il aime l'image qu'il renvoie aux autres : étrange et pas fréquentable, un putain de voyou. Il en joue beaucoup pour mettre mal à l'aise les gens, en plus de son style très personnel, en se donnant en spectacle, c'est un de ces hobbys. Il est farouche et éhonté, son monde à lui est sans tabous : Gabriele évolue dans la décadence et le fétichisme, il voue une fascination pour les yeux, le regard globalement, assez surprenante, le rendant au final assez malsain. Enfin de toute façon dans ses veines coulent de l'alcool à la place du sang et ses poumons sont gonflés de fumée au lieu d'oxygène, son être entier n'est pas bon pour la santé.
Malgré sa tête de vieux punk anarchiste au cerveau déglingué par la drogue, Gabriele est au fond une personne intolérante. Tuer oui, mais on rend beau le sacrifice, un corps c'est beau, question d'esthétisme. Alors les choses doivent être effectuées proprement, il n'aime pas que ça soit fait à l'arrache. Alors tel le Dexter italien des temps obscurs, tout est planifié et exécuté à la perfection. Il aime également le changement et varie souvent ses méthodes d'assassinat car il se lasse très très vite des choses. Surtout le quotidien, le répétitif, le simple, l'ordinaire. Ca le saoule. C'est comme s'il s'agissait d'une pièce de théâtre, tout doit concorder, et malgré les improvisations, toute la subtilité de l'art du jeu entre en action. Un autre de ses fétichismes est de se tatouer le corps après un meurtre, comme une sorte de rédemption.
A propos du ou des Dieux, il n'en sait trop rien. Gabriele est de ceux qui pensent qu'une entité existe mais à quel nombre, ça, il s'en moque bien. Mais il serait bien tenté de dire que l'entité en question doit être un bon forever alone pour ouvrir les portes du jardin d'Eden à eux, les hommes. La philosophie est une matière qui a tendance à délier les langues. Le cerveau de Gabriele rend la sienne assez folle et innovatrice si je puis dire – la drogue c'est mal !
Mais bien que le personnage soit bien bizarre, Gabriele est plutôt apprécié. Il est bon public avec la plupart des humours et un très bon ami quand on devient proche de lui. Même si c'est un mec malfamé qui traîne h24 dans les bars, chez le tatoueur ou dans une ruelle glauque avec son pétard au bec, il connaît la ville comme sa poche ainsi que ses habitants car malgré tout, il est connu le gonz.
Sinon, il est un piètre menteur et un mec super vénal, dans ce monde l'argent c'est le bonheur.



HISTOIRE
Comme à mon habitude, j'étais installé tranquillement dans ce petit bar de quartier, à savourer mon whisky du vendredi soir. Puis un autre homme s'est installé à côté de moi au bar, avant de jeter un coup d’œil de mon côté, par-dessus moi et tirer une tête étonnée. Il me donna un petit coup de coude, suivi d'un mouvement du menton en direction de là où il avait zieuté plus tôt :

« Il va bien ce jeune homme ? »

Curieux, j'ai tourné la tête vers ma gauche, et mes yeux se sont posés sur lui. Comme d'habitude, il pionçait, transpirant l'alcool par tous les pores de sa peau. J'ai haussé les épaules.

« Boarf, ouais comme d'habitude. » puis j'ai détaillé l'inconnu. « Vous êtes pas d'ici, hein. Vous le connaissez pas. »

« Je devrais ? » m'a-t-il répondu avec un petit rire.

« Disons que tout le monde le connaît. »

Intrigué, l'inconnu m'a demandé de m'en dire plus sur cette épave humaine. J'ai alors endossé le rôle de Père Castor et lui est relaté son histoire.

_______________________________

Gabriele Leonetti. Sa mère est une prostituée et son père un complet inconnu, alors il est le résultat certainement d'une capote qui a craqué malencontreusement, ça arrive parfois. Ils vivaient donc tous les deux dans cette maison close où sa mère travaillait, et comme aussi bien les femmes que les hommes de la ville circulaient beaucoup par ici, tout le monde connaissait le petit gamin à la maman pute. Gabriele n'a jamais ressentit de peine vis-à-vis de ça, je dirai même qu'il n'a jamais vraiment capté ce que ça signifiait. Il était un gamin turbulent et déjà bien différent des autres, il avait déjà cette sale manie de malmener les autres et d'être fourbe. Il tendait souvent des traquenards aux gamins qu'il pouvait pas s'encadrer après la sortie de l'école, comme si inconsciemment il se vengeait de toutes les moqueries divulguées dans son dos.

Puis l'adolescence est arrivée, il était devenu un véritable petit voyou des bas quartiers. A treize ans il fumait et buvait déjà. Gabriele traînait déjà dans ce bar avec les vieux ours comme moi. On le forgeait à la place de sa mère, en échange de quelques verres et quelques clopes, il nous aidait dans notre travail. Il a fini par connaître la ville mieux que personne, même mieux que les fondateurs eux-mêmes, sa maison c'est Venise, sa famille ce sont les Vénitiens. Il ne s'est jamais plaint de sa situation et a même su en tirer avantages : personne ne venait lui chercher des noises et lui avait toutes les excuses du monde pour foutre son entourage en l'air.

Enfin bon. Comme beaucoup d'autres personnes de cette ville, il a été infecté. Vous êtes au courant non ? De ces pouvoirs bizarres qu'ils appellent Alumnus. J'sais pas trop bien c'que c'est moi vous savez, je suis qu'un pêcheur qui erre sur la lagune pépère. Enfin bref, le p'tit Gabriele a un jour débarqué dans le bar en hurlant, les mains sur les yeux. C'était un cri de souffrance, de torture. Il nous a bien fait peur à ce moment-là. Mais je crois qu'on aurait tous préféré ne jamais voir ce qu'il cachait. Le Diable avait pris possession de lui vous savez, il avait les yeux du démon : noirs et sanglants. Ironique avec son p'tit nom d'ange non et ses yeux d'habitude aussi bleu que la lagune. Enfin j'ai bien failli devenir aveugle en l'aidant.
Au début, ça a été dur pour lui, il avait tout le temps mal à la tête et il ne pouvait plus regarder personne dans les yeux, nous qui lui avions toujours appris qu'un homme regarde les choses en face. Gabriele a porté des lunettes de soleil pendant un long moment - encore parfois aujourd'hui, puis il a appris à contrôler son Alumnus. Maintenant il peut l'utiliser quand il le souhaite. C'est un brave petit, très courageux et fort.

Mais il a tourné bizarrement vous savez ! Depuis que ses yeux ne sont plus les mêmes et qu'il a passé un temps sans pouvoir regarder ceux des autres, il a développé une sorte de fascination pour eux. J'ai pu voir parfois une lueur de folie au fond des siens. Puis j'ai appris que le p'tiot se faisait un peu de blé en aidant des gens à tuer d'autres personnes. Baah, vous savez on peut pas trop lui en vouloir même si je cautionne pas ça hein. Pour les gens comme lui et sa mère, le panel de choix n'est pas bien grand : soit vous survivez comme vous pouvez, soit vous bouffer les autres, ces gens-là n'ont vraiment rien à perdre, on les piétine déjà bien assez. Je dois dire que le gamin a bien compris comment marchait la vie. Je suis pas sûr pour vous, mais à nous, les vieux loups, il nous fera jamais de mal parce qu'il a de l'honneur et a une reconnaissance éternelle envers nous, même si certains l'ont abandonné, nous on ne l'a pas fait. J'me lance pas des fleurs vous savez, il l'a dit. Gabriele est un bon p'tit gars, c'est un fils de Venise.

Enfin y'a quelques années j'ai flairé qu'il avait changé. Et croyez-moi mon gars, j'ai une bonne truffe pour ça ! J'ai jamais su ce qui avait changé chez lui. Mais bon, vous savez bien hein, chacun à ses sombres secrets hahaha. Bon et sinon vous v'nez d'où mon p'tit gars ?

_______________________________

C'était un assez bon récit de la vie de Gabriele. Mais une partie majeure, la plus obscure, manquait à l'appel.
C'était il y a environ trois ans, le vagabond qu'il était avait un besoin cruel d'argent. Sa vie était ennuyante à mourir et sa Venise devenait de plus en plus sombre, sale. De plus en plus de gens se salissaient les mains et ça le rendait malade. Son cas était différent, la vie ne lui avait pas donné de choix, il était destiné à être de ces pitoyables âmes corrompues jusqu'à la moelle qui vivent dans la misère la plus terrible. Il avait cependant entendu parlé de ces organismes criminels, en tant que bonnes oreilles de la cité, mais ça ne l'avait pas attiré plus que ça. Il n'aimait pas l'idée de se plier aux volontés absolues de quelqu'un d'autre, Gabriele a toujours mieux fonctionné en solitaire.

Mais son âme pourrie réclamait ses doses, il avait besoin d'argent. Et pour une fois, on peut certainement dire que sa bonne étoile venait de se réveiller : un des deux organismes l'a contacté. Même si, entre nous, il avait un peu tout fait au préalable pour se faire remarquer grâce à ses nombreuses connaissances. On lui avait dit : « On sait tout de toi. », il avait ri aux éclats et avait répondu farouchement : « Tout le monde sait. » en haussant les épaules, indifférent.

Au début, il n'avait été qu'un simple petit membre auquel on disait d'aller s'occuper du menu fretin. Mais Gabriele avait su se démarquer des autres par ses choix et son manque d'humanité lors de ses missions. Dans ce monde, tout ce qui compte, c'est survivre - avec des clopes, de l'alcool et de la drogue. Alexei avait su lui offrir tout ça, et ça suffisait au voyou qu'il était.
Mais pourquoi Altar Sacrificii et pas Lus Sanguini ? Eh bien, disons que d'un point de vue personnel, les yeux de cet homme l'avait fait vibrer. Oui, oui, vous avez bien lu. Gabriele avait aimé son regard confiant, un peu prétentieux et à la fois captivant. Cela ne signifie pas qu'il lui a accordé une dévotion et une loyauté ad vitam aeternam. Si Alexei veut devenir un Dieu, lui se contentera d'être le Diable. Gabriele ne sait pas ce que le Roi pense de lui, il songe même qu'il n'aime pas le personnage qu'il est, mais par intérêt, il a besoin de lui et réciproquement. Tant qu'Alexei a de l'argent à lui verser sur la tête, tout ira bien. Et, d'une certaine manière, Gabriele estime que sa vie actuelle est divertissante, alors il se complaît dans son rôle d'yeux et d'oreilles de Venise pour Altar Sacrificii.

Allume-moi, le Diable c'est moi.  



ANDY/KHAN
19 ans.
COMMENT AS-TU CONNU DP? Partenariat avec Sei Gakuen. =)
UN PETIT MOT? Je dois avouer que moi et mon cerveau déglingué avons mis un temps avant de tout piger haha. J'espère d'ailleurs avoir tout capté parce que sinon c'est la mierda. o_o Mais j'aime vraiment le concept !
UTA 【TOKYO GHOUL】



FABULEUX. ALLUME-MOI, LE DIABLE C'EST MOI. MARCHAND DE TERREUR, OREILLES ET YEUX DE LA CITÉ, LE BUT C'EST DE VIVRE JUSQU'À LA DERNIÈRE HEURE, JUSQU'AU JUGEMENT DERNIER.
Alone Caesus
avatar


Age : 23 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 8 Juil - 17:25
Bienvenue sur le foruum!

Voilà un personnage très sombre. J'aime beaucoup ce côté obsessionnel pour le regard! Concernant ton alumnus, j'ai une petite question du coup. La personne victime reste aveugle toute sa vie?
Aussi concernant le poste dans l'organisme, je sais que quelqu'un d'autre tente le "fou", cavalier ne correspondrait pas trop je pense - à voir quand même. Je vais en discuter avec Pia pour trouver une solution. J'ai envoyé un message à l'autre candidat pour savoir si il veut toujours ce poste.

Dans tous les cas, après réponse à ma question et délibération avec Pia tu seras validé même sans réponse de Sven, mais tu seras sûrement sans poste fixe pour l'instant. x) J'espère que cela ne te dérangera pas pour le moment.

Voilààà. ♥
Gabriele Colantonio
avatar


Age : 23 Merci qui : Moi. Messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 9 Juil - 16:42
Merci beaucoup pour tous ces compliments !
Alors pour ce qui est de l'Alumnus, non, la cécité est temporaire ! Mais je pense que si Gabriele décidait de faire subir ça à une de ses victimes, lui aussi deviendrait définitivement aveugle. =o
Et être sans poste fixe ne me pose aucun problème, s'il convient mieux à quelqu'un d'autre alors c'est mieux si c'est pas moi. xD



FABULEUX. ALLUME-MOI, LE DIABLE C'EST MOI. MARCHAND DE TERREUR, OREILLES ET YEUX DE LA CITÉ, LE BUT C'EST DE VIVRE JUSQU'À LA DERNIÈRE HEURE, JUSQU'AU JUGEMENT DERNIER.
Alone Caesus
avatar


Age : 23 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 9 Juil - 16:54
Ok je comprends mieux!
Je te valide donc et t'attribue le poste de fou en passant. Sven ne semble pas donner de signe de vie, donc je préfère te laisser le poste. ♥

Bienvenue dans l'aventuuure!
Contenu sponsorisé





GAB ϟ CA VA ÊTRE TOUT NOIR !

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Personaggi :: Identificazione :: Validés
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-