DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



EVENT I • LES CATACOMBES

Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 9 Juil - 19:00
LES CATACOMBES


Le temps s'assombrit. Les nuages recouvrent bientôt chaque lueur de soleil. Venise est-elle en train de s'effondrer? Est-ce le commencement de la fin, après toutes ses années? Peut-être. Les habitants ont peur, de plus en plus. Ils ne leur tardent plus qu'une chose: que tout se finisse enfin. Et pourtant, il reste une lueur d'espoir, alimentée faiblement par des rumeurs.


L'église cache la vérité, disent-ils. Ils gardent un secret loin de nous, attendant patiemment l'apocalypse. Tous commencent à y croire petit à petit. Il faut un coupable, un bouc émissaire. Alors tous se tournent vers l'église, à tord. Mais il s'avèrent que malgré tout ces jugements de désespoir il persiste une vérité effacée. L'église cacherait bien un lourd secret quelque quart, à Santa Maria. Les catacombes, les dessous des toits. Rien n'est sûr sur l'endroit précis. Mais il y a quelque chose.

La bataille s'annonce dans les rues, en secret. Altar Sacrificii, Lus Sangini, Luvenis Circus. Eux trois se préparent doucement à conquérir une terre sainte pour gagner la guerre.



*



Vous y êtes enfin. L'air est humide, les murs de pierres moites. Vous vous êtes enfoncés dans les profondeur de Venise, osez affronter les ténèbres des sous-sols. Cette trappe que vous avez utilisé quelques secondes plutôt vous est à présent inaccessible, elle vous surplombe, laissant passer un faible rayon de lumière. Vous êtes dans les ténèbres, seuls. Un chemin est tracé devant vous. Le seul choix possible est d'avancer, il n'y a plus possibilité de reculer. Vous voilà livrés à vous même, à votre destinée. Seriez-vous une légende ou simplement un vagabond parmi tant d'autres?



MARCHE À SUIVRE —
Vous vous êtes infiltrés dans les sous-sol de Santa Maria par un passage secret dans l'un des recoins extérieurs de l'église. Seul un chemin, linéaire sans embuches - pour l'instant - s'offre à vous.

Vous décrirez rapidement comment vous êtes arrivés à l'église. (Le prologue) et l'avancement de votre personnage. Vous êtes libres. Après votre tour, nous posterons un premier obstacle, alors préparez-vous bien. Krkr.





COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 12 Juil - 14:24

Les rumeurs s'affolaient, les habitants s'inquiétaient.
Depuis peu, l'Église était au coeur de chaque conversation. Alone pouvait l'entendre chaque jour. Ils les entendaient discuter, débattre sur la véracité des rumeurs. Lui, il n'y croyait pas. Pourquoi maintenant? Pourquoi soudainement? Cela n'avait aucun sens. Et pourtant.

Que faisait-il devant cette église, la Basilique Santa Maria à cette heure-ci. Heure de pleine lune. Il lâcha un soupire de désapprobation et regarda le camarade à ses côtés, Marco. En l'observant il savait. Il savait qu'il mourrait d'envie d'y aller et il n'était possible de le raisonner. Et Alone savait que Marco ne l'avait pas amené ici pour rien.

Le jeune homme se souvenait. Il se souvenait d'un vieux plan qu'il avait vu à la bibliothèque. Il faisait référence à des passages illogiques en apparence, mais qui n'étaient autre que souterrains. Et par la même occasion secrets.

Il poussa une statuette, actionnant un mécanisme laissant paraître devant eux une entrée. Elle menait dans les catacombes de l'église à première vue. Il fixa son camarade, le poussant.

— À toi l'honneur.

Alone suivit rapidement ses pas, afin d'éviter de ses faire repérer. C'était là un coup à se faire arrêter par les carabiniers.

L'endroit était sombre, humide. Des gouttes d'eau s'échouaient sur les rochers des murs. L'ambiance était inquiétante, mais silencieuse. Terriblement silencieuse. Il valait mieux de pas s'attarder ici, le seul chemin qui s'offrait à eux était devant eux, pas de retour en arrière possible.

—On y va. Il vaut mieux avancer, fit-il en pointant du doigt le chemin.

Alors qu'ils allaient commencer leur périple, ils entendirent un bruit, venant l'entrée au dessus. Quelqu'un les avait visiblement suivi.



HRP: C'est court, c'est moche, c'est mal écrit mais au moins c'est fait. /pan
Viviane Strozzi
avatar


Age : 22 Merci qui : Fiore Messages : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 12 Juil - 21:05

EVENT ;
LES CATACOMBES


Tapie dans la pénombre, elle les suivait depuis longtemps. Viviane avait trouvé un air mystérieux aux deux hommes, ils préparaient quelque chose, elle en était certaine. Il fallait qu'elle les suive. Elle ne savait pas dans quoi elle s'aventurait. Ils vont vers l'église... Encore des illuminés qui croient tous les ragots. Pour elle, ce n'était qu'un jeu, une chasse au trésor, qui consistait à prouver la véracité des rumeurs. Ou le contraire.

D'ordinaire, elle aurait fait demi-tour. Elle ne se serait pas aventurée dans des lieux étranges sans raison à cette heure tardive, et encore moins dans une église : elle n'était pas croyante, et avait même une sainte horreur des choses en rapport avec la religion. Mais elle avait senti qu'elle s'ennuierait cette nuit, et avait sauté sur l'occasion. Elle allait s'amuser à jouer les fantômes cette nuit, si tout ce passait bien.

Viviane faisait attention où elle mettait les pieds. Elle les posait avec délicatesse sur le sol, pour faire le moins de bruit possible et éviter de se faire repérer. Elle avait réussi, jusqu'à l'entrée d'une sorte de tunnel. Elle regardait la scène, presque fascinée. Elle se serait presque crue dans un jeu vidéo, ou dans un film d'horreur.

Crack. Un pas de trop. Viviane venait de marcher sur une feuille morte, une brindille, elle ne savait pas. Toujours est-il qu'elle s'est faite repérée. Tant  pis pour le film d'horreur... L’intruse avança vers les deux partenaires. Elle n'avait plus rien à perdre après tout.

VIVIANE ▬ « Puis-je savoir ce que vous faites ici ? »

Elle se voulait assurée, forte, autant que pouvaient l'être les carabiniers qu'elle avait vu à l’œuvre. Seulement, quelque chose, sans doute une bestiole, vint se nicher dans ses cheveux. Sentant cette masse étrangère et peu rassurante, ses yeux se sont écarquillés, avant que de sa bouche, ne sorte un cri affolé. Elle couru vers le jeune homme qui avait l'air le plus normal, sans cheveux bleus, en s'accrochant à lui comme une bouée de sauvetage.

VIVIANE ▬ « Enlève-moi ça ! Enlève-moi-ça ! »

Vive la discrétion.




VIVIANE STROZZI

AVEC ALONE CAESUS

ET MARCO S. DA FIRENZE



DANS LES CATACOMBES
 
Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 17 Juil - 11:08

Dans un silence d'or,
un craquement retentit. L'écho se perdit au fin fond du chemin, tandis que les deux hommes se retournèrent. Devant eux se tenaient une jeune femme à l'allure forte et assurée. Un frisson, une frayeur passagère parcourut le dos du jeune distributeur de journaux, un peu trop curieux ces temps-ci. La voix ferme de l'inconnue de le rassura pas.

— Puis-je savoir ce que vous faites ici ?

Un instant de silence, personne n'osa répondre. Par peur ou par intelligence? Qui sait.

— Enlève-moi ça ! Enlève-moi-ça !

Elle se précipita vers Marco, trop lent pour régir, tout en s'écriant. Amusant. Voilà donc sa véritable nature, s'amusa le jeune homme - étrange - aux cheveux bleus, avant de retirer le corps noir visqueux de l'épaule de la jeune femme.

— Ce n'est qu'une limace, rien de méchant., fit-il jettant la bestiole un peu plus loin.

Alone se retourna, lança un semi-regard noir, un regard qui lui disait "Dans quelle merde m'as-tu fourré", sans rien avouer. Il savait que Marco que le comprendrait, il savait.
Le jeune homme se retourna vers la femme, prêt enfin à répondre à sa question bien curieuse.

— La même chose que vous visiblement. Pourquoi vous nous suiviez?

D'un regard glaçant, il la scrutait, l'analysait, l'observait attentivement. Déceler le moindre détails, le moindre mouvement de muscle, la moindre respiration. Il ne pourrait pas déceler si elle lui mentirait ou non, mais il connaissait cette pression d'être observé, et en jouait.



HRP: Marco passe son tour. Du coup je réponds à sa place, sans faire avancer le truc. Pardon. Après ta réponse je lancerai Venezia. Niark Niark.
Viviane Strozzi
avatar


Age : 22 Merci qui : Fiore Messages : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 20 Juil - 16:09

EVENT ;
LES CATACOMBES


L'homme aux cheveux bleus lui enleva cette limace qui l'affolait tant. Ma couverture est fichue... Quelle idée de mettre des limaces partout aussi. Elle tenta de reprendre bonne figure en s'époussetant, comme si cela pouvait lui enlever la honte des joues.

Le jeune homme aux cheveux bleus la fixait d'un air mécontent, mettant Viviane encore un peu plus mal à l'aise. Il avait le regard aussi froid que la couleur de ses cheveux.

VIVIANE ▬ J'enquête. C'est aussi simple que ça.

Elle semblait enfin se rendre compte que ce n'était pas un jeu, tout ce cirque. Les deux jeunes hommes semblaient contre elle. S'ils décidaient de l'attacher et de la laisser croupir avec les limaces, elle n'aurait aucune chance.

VIVIANE ▬ Vous savez, on peut trouver notre compte tous les trois dans cette histoire. Si on s'entraide mutuellement, je suis certaine qu'on pourrait faire une bonne équipe.

Sauve ta peau, sauve ta peau, sauve ta peau....





VIVIANE STROZZI

AVEC ALONE CAESUS

ET MARCO S. DA FIRENZE



DANS LES CATACOMBES
 



HRP : désolée, c'est nul mais je savais pas quoi pondre ;;
Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 24 Juil - 18:50
LES CATACOMBES


Un bruit sourd.
Impossible de savoir d'où cela vient, devant, derrière. L'écho rebondit sur les murs, trompant les âmes aventureuses. Devant eux, une sortie. Ou tout du moins, ce qu'il en reste: un tas de rocher bloquant l'accès à la suite du chemin. Derrière eux, des pas s'approchant furtivement. Les vénitiens ne sont plus seuls dans ce tombeau de pierre.




MARCHE À SUIVRE —
// MODIFICATION
La suite du chemin est bloquée. Le portail par lequel vous deviez passer à l'origine s'est écroulée. Continuer ou rebrousser chemin? La seule possibilité de pouvoir continuer et de grimper sur les gravas afin d'atteindre un rebord creusé dans la roche, afin de passer par dessus.

En parallèle, une groupe de carabinier vous a suivi jusqu'ici et est maintenant à vos trousses. Deux possibilités: continuer ou abandonner.





COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Celeste Dell'Anna
avatar


Age : 22 Merci qui : Alone ♥ Messages : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 25 Juil - 9:42

Pour une fois, la surveillance n’était pas ennuyeuse. Pour une fois, on ne passerait pas la nuit à tourner, virer, sans rien à se mettre sous la main, sous la dent.

Pourtant, elle n’aurait pas cru que quelqu’un viendrait. Elle avait bien évidemment entendu les rumeurs au bureau, ses collègues affolés ou curieux. Mais les rumeurs ne l’ont jamais intéressée, les rumeurs ce n’est pas concret et ça ne donne pas du travail. C’était cette nuit-là le tour de son équipe de surveiller l’église, cette fameuse église au cœur des conversations animées. C’était cette nuit-là que des personnes avaient décidé de descendre dans les catacombes pour vérifier des rumeurs insensées.

Elle les avait suivis avec un coéquipier dans les profondeurs de l’église, les autres étaient restés, au cas où, à la surface. Elle avait entendus ses proies crier, bavarder, elle avait suivi leurs voix, sans distinguer leurs mots.

Enfin, ils les avaient rattrapés, ils les avaient à présent en ligne de mire. Quand le bruit sourd qui semblait être un éboulement survint, ils avaient failli, sous le coup de l’étonnement, se trahir, dévoiler leur présence. Mais rapidement Celeste avait retenu son coéquipier alors même qu’elle avait failli crier.

Celui-ci avait voulu les arrêter, mais à deux contre trois ils n’avaient pas l’avantage. Ils patienteraient. Ils observeraient. Celeste voulait comprendre la raison de leur présence, s’intriguait. Alors maintenant, ils n’avaient plus qu’à les surveiller.

Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 26 Juil - 23:21

Méfiance.
Il ne la quittait pas des yeux, cette femme mystérieuse. Il n'avait pas confiance, et rien ne l'aidait à dissiper ses doutes. Ses yeux froids la perçaient, tentant d'analyser le moindre geste, le moindre souffle de respiration. Il voulait avoir la certitude qu'elle ne serait pas une gêne.

Un bruit sourd avala se silence pesant. Que s'était-il passé? N'étaient-ils pas seuls? D'un coup de regard lancé à Marco, Alone lui fit signe d'avancer. Ils ne pouvaient pas rester éternellement ici, à se parler de tout et de rien.

Après quelques mètres de marche, le groupe se retrouva coincé devant un ancien passage, désormais bouché par des gravas. En observant rapidement les alentours, il était facile de constater que la partie supérieure du passage s'est effondré sur lui-même. Alone escalada quelques rochers pour repérer.

— Je pense qu'on peut passer au dessus en passant par ici, fit-il, en pointant le rebord creusé.

Continuant sur sa lancée, le garçon aux cheveux bleus fût le premier à se retrouver de l'autre côté. Devant lui, un chemin menant à un lac enfoui. Quelques piliers, pour la plupart détruits, morcelés dans l'eau. Un spectacle presque éblouissant, si ils n'étaient pas enfermés sous terre.

Attendant que ses camarades le rejoignent, Alone partit explorer les environs brièvement pour établir le prochain chemin. Il ne se doutait pas alors qu'il serait le seul à passer.



HRP: C'est tout naze, mais c'est posté. *A*
Et désolée pour les fautes.
Celeste Dell'Anna
avatar


Age : 22 Merci qui : Alone ♥ Messages : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 27 Juil - 14:08


Ils avançaient, discrètement, pour ne pas être vus, entendus. Le chemin bloqué semblait avoir une ouverture, un des suspects s’y infiltra. Sans attendre le consentement de son coéquipier, elle sortit de sa cache, carabine pointée droit devant, pour tenter d’arrêter les deux autres. Deux contre deux, ils pouvaient les avoir.

Habitué à travailler avec la lieutenant, l’autre carabinier fit de même. Les deux personnes appréhendées, une femme que Celeste avait déjà vue quelque part et un homme brun, pris par la surprise, ne se débattirent pas.

Ils leur passèrent les menottes aux poignets. Elle fit signe à son collègue de les embarquer, sans bruit, et s’infiltra à son tour par-dessus les gravats. Sa carabine était de trop et refusait de passer, alors elle la laissa sur le rebord, accessible pour être attrapée en cas de problème. Elle essayait d’être discrète, elle n’avait plus de menottes pour attacher le troisième suspect, ni son arme de service. Elle n’avait comme arme à feu qu’un petit revolver coincé dans sa ceinture. Elle le prit et avança silencieusement, espérant prendre sur le fait le gêneur qui animait sa nuit.

HRP ; Moi aussi c'est tout court et tout nul mais les événements cools vont arriver, ça ira mieux *3*

Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 28 Juil - 10:31

L'air humide, les reflets d'eau dansant sur les quelques rares piliers de pierre encore de bout. C'était un spectacle magnifique, avoir la sensation d'être sous terre, et sous l'eau à la fois. Quelle étrange situation en y repensant.

Perdu dans ses pensées, Alone n'avait pas remarqué que ses camarades ne l'avaient pas suivi, pensant que le bruit d'une personne qui le rejoignait n'était simplement que Marco ou cette femme. Il ne se doutait pas encore qu'en se retournant, il aurait un visage totalement différent de ceux qu'il imaginait.

Encore insouciant, le jeune homme à la chevelure bleu azure se tourna en directement des bruits de pas qu'il entendait, un revolver pointé sur lui. Et il compris bien vite dans quelle situation il était. Mais la surprise était telle que la peur l'envahit sur l'instant, et qu'il n'était plus maître de ses actions.

D'un bruit assourdissant, les piliers de pierre situés à proximités du jeune homme s'effondrèrent pour la plupart. L'inconnue, elle, presque plaquée à terre. Ce n'est qu'à ce moment là qu'il pu voir distinctement qui il avait en face de lui: un carabinier. Il savait qu'utiliser son alumnus, ou attaquer tout simplement, un membre de l'arme des carabiniers était tout bonnement interdit. Il relâcha instinctivement son emprise.

Les yeux écarquillés la bouche entre-ouverte, il recula d'un pas, n'osant prononcé mot. Mais il ne la quittait pas de ses yeux rarement aussi expressifs.
Celeste Dell'Anna
avatar


Age : 22 Merci qui : Alone ♥ Messages : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 1 Aoû - 13:46

Un pas, deux pas, trois pas. Le voilà, devant elle. Encore quelques mètres et elle pourra l'attraper, en finir. Il se retourne, la voit. Son revolver pointé sur lui, elle peut encore l'avoir. La peur dans ses yeux. Une fraction de seconde. Une force titanesque invisible la tire au sol, elle s'écroule. Autour d'elle, les piliers s'effondrent et la pierre réduite en poussière. En une fraction de seconde, il a détruit la majorité de la caverne.

Elle relève la tête, pointe à nouveau son revolver sur lui, sa seule défense. Il semble comprendre la situation, il reconnait son uniforme. La peur ne disparaît pas mais il semble se maîtriser. Le poids qu'elle a sur les épaules se soulage, elle se relève. Elle a compris elle aussi, elle l'a reconnu. Elle ne l'avait jamais vu, mais Pia en a parlé. L'homme aux cheveux bleus, l'homme à la gravité. L'homme inexpressif. Pourtant, il n'est pas si inexpressif, là.

Pourquoi est-il là ? Pourquoi se risquer à venir dans un tel endroit ? Qu'un autre l'ait fait, elle l'aurait pris pour un fou, mais l'homme devant elle n'est pas irréfléchi, elle le sait. L'arrêter ou tenter d'en savoir plus ? Cela a peut-être un lien avec tous ces homicides non résolus. Elle doit en savoir plus. Quitte à se mettre en danger. Elle sent son cœur battre dans sa poitrine, elle sent l'adrénaline monter. Elle aime ça, mais elle ne le montre pas.

« Agression d'un carabinier, vous risquez la prison pour ça. Mais je n'en parlerai pas si vous me dites pourquoi vous êtes là. Et ça ne sert à rien de mentir, je le saurai. »

Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 1:08
LES CATACOMBES


Les murs muets écoutent la scène qui se déroule devant eux. Répondant par un bruit d'eau qui s'échoue lentement contre la pierre. Dans ce spectacle unique et ce silence reposant, Venise attend. Elle admire silencieusement.

De l'autre côté de l'eau pure et claire se trouve une porte. Une grande porte aux inscriptions étranges. Construite de 6 panneaux en bois, un symbole est gravé sur chacun d'entre eux. Un sablier, une horloge, des chiffres qui s'évaporent sur le reste des panneaux, un triangle gravé dans une feuille, des motifs rappelant un style plus oriental. Au dessus de cette porte, une inscription gravé à même le mur: le temps est la clé.



MARCHE À SUIVRE —
À l'autre bout de ce lac souterrain se trouve une porte bien étrange. Aucune clé permet de l'ouvrir, aucune serrure est visible. Un seul indice, l'inscription au dessus de cette dite porte.





COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 1:45

Face à face.
Le revolver à nouveau sur lui, il déglutit timidement, attendant, patientant. Serait-ce l'heure de sa sentence? Celle pour être trop curieux? Pas maintenant non. Elle ne baissa pas son arme, mais lui adressa la parole.

« Agression d'un carabinier, vous risquez la prison pour ça. Mais je n'en parlerai pas si vous me dites pourquoi vous êtes là. Et ça ne sert à rien de mentir, je le saurai. »

Comme soulagé, Alone renferma sa peur au fond de lui. Il avait une chance de s'en sortir, il avait une chance, une seule.

— Les rumeurs. Bien que je n'y accorde pas forcément d'importance, avouez que celle-ci est plutôt étrange. Je veux simplement découvrir le fin mot de cette histoire. Et je suis certain que ces rumeurs... ne sont pas liés au hasard.

Sans un mensonge, comme demandé. Il n'était pas en position de mentir de toute façon. Son regard, à nouveau glacial, était planté dans les yeux de son interlocutrice, comme pour lui montrer le fond de son âme. Pour lui dire qu'il était sincère. Et pourtant, on ne pouvait rien lire. Juste de la froideur, et de la distance. Il ferma ses yeux quelques instants et reprit.

— Je suis désolé... pour ça. Je ne le contrôle pas.

Il ne le disait pas, mais cela se sentait dans sa voix. Il était mal à l'aise dans cette situation, arme braqué sur lui. Bien que nul dans ce domaine, le jeune homme tenta d'apaiser l'atmosphère pesante qui s'était installée.

— J'ai vu une porte à l'autre bout de cette étendue d'eau. Si... si vous voulez bien poser votre arme, nous pouvons la rejoindre et voir ce qu'ils cachent. On ne pose pas d'énigmes ou de pièges si il n'y a rien à cacher.

Il tentait d'égayer l'intérêt et la curiosité de la carabinière. Il voulait la faire baisser son arme, la mettre en confiance.
Celeste Dell'Anna
avatar


Age : 22 Merci qui : Alone ♥ Messages : 10

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 13:49

Ces rumeurs... Pas liées au hasard ? Découvrir le fin mot de l'histoire. Il ne ment pas. Seule sa curiosité l'a amené ici, donc ? La peur dans ses yeux laisse place à la distance. Comme regarder dans deux morceaux de glace. Elle connait ce regard, elle sait si bien le faire devant son père. La peur n'a finalement pas entièrement disparu.

Sa voix trahit son mal-être. Un coup d’œil sur le lac, un autre sur l'informateur. Elle range son revolver dans son holster et se rapproche de l'eau. Après tout, il ne lui fera rien, elle le sait. Elle trouve la porte des yeux et les plisse pour décrypter les symboles sur la porte en question, pour tenter de lire les inscriptions.

« Le temps... est la clef... elle se retourne vers lui, qu'est-ce que cela signifie ? Elle regarde à nouveau l'eau. Et comment atteindre la porte ? »

Un sablier, une horloge, des chiffres, un triangle sur une feuille, des motifs orientaux... Et si l'un des panneaux était la clef ? Le sablier pourrait représenter le temps qui passe. Mais l'horloge aussi. Les chiffres... Le triangle sur la feuille pourrait être la lettre delta, symbole du changement. Quant aux autres motifs... A moins que tous les panneaux cachent un code ?

Décidément, les énigmes et les secrets la faisaient palpiter. Elle regarda de nouveau l'homme qui l'accompagnait. Était-il là lui aussi pour l'adrénaline ?

« Réfléchissons ensemble. Toute erreur pourrait en effet amener à un piège. »

Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 16:51

Il souffla un coup, soulagé.
Il était rare de croiser des carabinier aussi compréhensif, et spécifiquement en ce momet. La chance lui souriait, dans son petit malheur. Le malheur d'avoir été entraîné ici par Marco, mais par sa curiosité un poil excessive aussi.

La tension s'était calmée, l'atmosphère radicalement changée. La carabinière avait rangé son arme, et commençait à chercher elle aussi la solution de l'énigme. Les yeux vides du jeune homme s'accrochèrent à cette porte bien mystérieuse. Immobile, les bras croisé, sa concentration l'empêchait de répondre à sa nouvelle partenaire. Il observait attentivement les alentours, essayant de trouver un chemin pour accéder à l'autre côté.

Le chemin le plus rapide, était peut-être la nage. Non. Pas besoin de nager en regardant bien. Les piliers détruits, échoués dans l'eau, n'étaient pas entièrement submergés. Cela signifiait, avec de grandes chances, que les deux avaient pieds. Traverser à la nage n'était plus une obligation. Suivant du regard l'enceinte de pierres, Alone remarqua rapidement sur la droite une partie du chemin qui ne s'était pas écroulée, ou submergée.

— On traverse l'eau rapidement jusqu'à là-bas., pointant du doigt la partie de terre, ça nous évitera de faire tout le chemin pieds dans l'eau.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le jeune homme emboîta le pas à la carabinière. Un pied, puis l'autre dans l'eau. Elle était fraîche, terriblement fraîche. Mais aucune grimace n'était lisible sur son visage. Il fit quelques pas, avant de reprendre la parole.

— Le temps... Tous ces symboles ont un lien avec la notion du temps. Et pourtant, seul un est le clé.

Il continuait d'avancer dans l'eau glacée, une eau qui lui arrivait à la taille maintenant. Il jeta un rapide coup d'oeil à la demoiselle qui le suivait, et reprit calmement.

— Les chiffres s'envolent de l'horloge. Tous deux prennent plusieurs panneaux, on peut facilement les éliminer, ainsi que les motifs orientaux. Il ne nous reste plus que le sablier et le triangle. Ou plutôt, le delta...

Alone ne finit pas sa phrase. Arrivé devant la rive émergée, il tâta le sol du pied pour s'assurer de ne pas glisser. Il plaqua ses deux mains sur la terre, ou plutôt la pierre, devant lui, s'appuya dessus et monta - un peu difficilement. Ses vêtements le collaient, quelle sensation désagréable.



HRP: C'est un peu long mais au moins, ils avancent un peu hinhin.
Contenu sponsorisé





EVENT I • LES CATACOMBES

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Venezia :: Dorsoduro :: Santa Maria
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-