DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



EVENT I • LA CACHE

Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 18 Juil - 21:48
LA CACHE


Le temps s'assombrit. Les nuages recouvrent bientôt chaque lueur de soleil. Venise est-elle en train de s'effondrer? Est-ce le commencement de la fin, après toutes ses années? Peut-être. Les habitants ont peur, de plus en plus. Ils ne leur tardent plus qu'une chose: que tout se finisse enfin. Et pourtant, il reste une lueur d'espoir, alimentée faiblement par des rumeurs.


L'église cache la vérité, disent-ils. Ils gardent un secret loin de nous, attendant patiemment l'apocalypse. Tous commencent à y croire petit à petit. Il faut un coupable, un bouc émissaire. Alors tous se tournent vers l'église, à tord. Mais il s'avèrent que malgré tout ces jugements de désespoir il persiste une vérité effacée. L'église cacherait bien un lourd secret quelque quart, à Santa Maria. Les catacombes, les dessous des toits. Rien n'est sûr sur l'endroit précis. Mais il y a quelque chose.

La bataille s'annonce dans les rues, en secret. Altar Sacrificii, Lus Sangini, Luvenis Circus. Eux trois se préparent doucement à conquérir une terre sainte pour gagner la guerre.



*



La lune est haute dans le ciel, perçant les vitraux de l'église de ses rayons purificateurs. Quelques lumières artificielles viennent troubler la noirceur de la nuit. Des gardes sillonnent autour et dans l'église afin d'éviter toute intrusion. Et pourtant, des ombres se faufilent, perçant les filets de la garde. Sans un bruit, sans un mot, sans un goutte de sang. Rien. Le silence et le néant total.

L'objectif, la statue de la vierge Marie derrière l'hôtel. Une statue, aussi pure que blanche, d'un regard vide mais bienveillant, vous surplombant légèrement. Devant elle, ses mains taillées dans les moindres détails, attendant sagement qu'on lui dépose un objet, une offrande.



MARCHE À SUIVRE —
Vous vous êtes infiltrés dans l'église Santa Maria en esquivant les gardes. Il ne faut pas qu'ils vous voient, sinon vous serez repérés et votre mission échouera. Actuellement, vos personnages se trouvent devant la statue de la vierge Marie - faisant l'aumône - ahem.

Vous devez prendre une calice, pour la déposer entre ses doigts afin d'abaissant ses bras qui eux-même activeront un mécanisme. Une porte secrète menant sur un couloir étroit, plongé dans le noir, se dévoilera derrière la statue.





COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Zayn Van Sydow
avatar


Age : 22 Merci qui : Meh. Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Juil - 7:06
Le noir complet. L'idéal pour se faufiler entre des murs interdits, pour se glisser furtivement à travers le pas mécanique de ces gardes chargés de sécuriser l'église. Pourtant, telle une gardienne aussi omnisciente qu'imprévisible, la lune semblait veiller elle aussi, éclairant les lieux de ses rayons si froids et chassant partiellement les ténèbres. Mais en dépit de sa clairvoyance optimale, elle restait impartiale et se retrouvait, de toute évidence, impuissante face aux méfaits de l'Homme. Comme celui-ci. Hissé sur le haut de l'église, Zayn se fondait dans le décors en se terrant dans l'ombre entre les dizaines de statues destinées à faire le tour de l'édifice. Une fenêtre usée par le temps se détachait légèrement de l'embrasure alors qu'il l'ouvrit délicatement avant de s'y glisser. Refermant aussitôt derrière lui afin de n'éveiller aucun soupçon, il profita des quelques statues jouxtant son entrée personnelle pour échapper à la vigilance des gardes intérieurs. Si ça ce n'était pas suspect, l'église avait définitivement quelque chose à cacher, car une telle surveillance -quoique peut-être pas si accrue qu'ils ne le pensaient- trahissait indubitablement leur innocence.

A pas de loup, prenant le soin de faire taire le fourreau de son épée, Zayn avait décidé de prendre les devants. Deux autres de ses compères avaient été assignés à cette mission mais bien sûr, la patience lui manquait, et de toute évidence, il préférait toujours travailler seul. Une politique à laquelle il était habitué depuis son intégration au sein du groupe, pourquoi Diable devait-il se coltiner deux autres membres cette fois-ci ? Cela n'avait aucun sens, mais soit.
Le pas lourd d'un garde faisait écho aux extrémités du pilier derrière lequel l'infiltré se cachait, attendant que le chemin ne soit dégagé et sauf. Légèrement penché sur ses genoux, une main posée sur le marbre, et l'autre occupée à redresser son fourreau afin d'éviter de le claquer au sol, Zayn attendit qu'il passe son chemin tout en restant en alerte.

Ce n'est que lorsqu'il releva les yeux qu'il l'aperçut. La Vierge Marie, son objectif actuel, celle qui selon un certain camarade généralement bien renseigné, était malgré sa réputation de bienveillante et d'entité miraculeuse, un vulgaire bout de pierre fourbe et doué de mesquinerie. La calice humblement posée devant elle était la clef à ce premier obstacle banal. La clef pour arracher le secret de cette statue que bon nombres d'individus venaient prier quotidiennement.
Une fois que le passage fut dégagé, Zayn scruta vivement les environs, histoire de confirmer à nouveau la sûreté des lieux avant d'aller à la rencontre de la Vierge. Les rayons blafards de la lune perçaient à travers le vitrail, le plongeant ainsi dans un bassin de couleurs aussi froides que délicates. Se tenant désormais aux côtés de la calice, il se surprit néanmoins à hésiter. Devait-il attendre ses deux collègues ou devait-il continuer sans eux ? Un dispositif tel que celui de cette statue allait nécessairement alerter cette garde jusque-là totalement incompétente et inutile.

Les secondes s'écoulaient, et il n'avait pas non plus toute la nuit devant lui. Zayn opta finalement pour la dernière option qui s'offrait à lui et déposa sans plus tarder la calice entre les mains de la Vierge. La statue commença soudainement à pivoter sur elle-même, dévoilant ainsi un étroit passage plongé dans la pénombre. Jetant un dernier coup d’œil derrière lui, il s'apprêtait finalement à quitter les lueurs froides du vitrail pour s'engager dans ce passage aussi étroit que mystérieux.




You can't hide, I remove from you every tiny strength in everything you do. And I'll kick you down, and break you with tender touch. At our road we connected through the biology of universal cruelty. And then the tears cried in the tear garden...
Will be for Life.
Dante T. Della Scala
avatar


Merci qui : Alone. Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 27 Juil - 15:20


and the crashes are heaven
FOR A SINNER LIKE ME

Dans la clarté du soir, la lumière de la lune, pâle et froide, tombait sur son corps comme une ombre mortuaire.  La découverte de cette nudité avait éveillé  en lui un sentiment troublant.  Une exaltation de la chair. Une impression imminente de petite mort, fascinante et terrifiante à la fois. Mais que pouvait-il bien connaitre des femmes ? De leurs désirs ? De leurs exigences ? Lui, qui n’avait jamais admiré que la pureté de la vierge et de son voile de marbre.  Comment vivaient-t-elles ? Et comment mourraient-elles ? Comme des hommes ? Il en doutait.  Jusqu’à présent il ne s’était jamais posé la question. Malgré cela, face à un tel état de grâce, il voulut savoir.  Qui était  vraiment cette créature au charme trouble? Diable ou Dieu ? Rien n’était moins sûr. Dans les ruines de ses convictions, il savait seulement qu’elle ne serait jamais plus aussi belle. Aussi désirable qu’à cet instant alors qu’elle s’abandonnait dans les bras d’un autre, aux creux de l’eau brûlante de ses reins, dans ses mouvements frénétiques constants.  Par l’étroite serrure,  il devina un filet de sang écarlate, s’écoulant lentement sur sa peau. Il imagina alors le feu de la morsure, brûlant son cou blanc et gracile, tandis que sous ses yeux la poitrine de la jeune femme s’agitait fiévreusement, entre douleur et jouissance. Au cœur de la nuit silencieuse,  le souffle haletant du spectateur se mélangea alors  à la respiration palpitante des deux amants, avant que tout ne se précipite dans les ténèbres muettes.  A la fin de l’union, perdu et hébété, le jeune homme en soutane serra son crucifix au plus près de sa poitrine. A l’endroit où Dieu avait déserté.    

Dante referma sèchement son exemplaire de La Morsure de l’Ange et sortit de la pénombre. L’air nonchalant, il traversa la nef en se fondant avec les ombres et par un creux mimétisme fit son  signe de croix face à la vierge au calice.  Enfin, avec une discrétion que peu lui connaissent, il heurta du bout de son poing l’épaule du meilleur assassin qu’il connaissait. Le seul pour être exact.  

Eh bien dis-moi mon vieux, chuchota-t-il amusé, t’es trop stressé ou tu te ramollis, parce que ça fait bien un quart d’heure que je suis planqué derrière la statue de Saint Antoine.

Sortant son livre de sa gabardine noire flambant neuve, il plaqua la quatrième de couverture contre la poitrine de Zayn, forçant ainsi l'as de cœur à le garder avec lui.  

Tiens, ça te ferait pas de mal de lire un peu. Ça te détendrait, même.

Puis, sans attendre son reste, Dante s’engouffra dans les ténèbres de la cache, marche après marche,  en prenant soin de frôler de la pulpe de ses doigts les mur froids et humides de l'étroit couloir.  A mesure qu'il avançait prudemment à tâtons, il sentait grandir en lui l'excitation de l'inconnu. Et cette situation lui plaisait d'autant plus que, dans le noir complet, personne ne pouvait deviner qu'il souriait insolemment.    


Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 30 Juil - 0:03
LA CACHE



Un passage étroit, des murs froids. Vous vous engouffrez dans les ténèbres, les profondeurs noircies de Venise. Une marche après l'autre, la lumière de l'extérieur s'amenuise, vous plongeant dans la pénombre totale. Par chance, une vieille torche se situe à la fin de l'escalier, il ne reste plus qu'à l'allumer pour ainsi voir vos pas.

Un couloir tout aussi étroit s'offre à vous. Quelques pierres, voir même quelques bouts de squelette sont parsemés sur le chemin, rien de très rassurant. Vous n'êtes visiblement pas les premiers à avoir osés vous aventurer ici. Vous continuez le chemin sombre jusqu'à vous retrouver piégés devant une porte scellée. Il semblerait toutefois que cette dite porte puisse s'ouvrir si vous donnez la bonne clé.



MARCHE À SUIVRE —
Hop hop hop. Vous voilà devant une porte que vous devez ouvrir. La clé? Un chiffre. Le chiffre? Donné par des clés. Mais si, vous savez, celles qui se trouvaient un peu plus tôt cachées derrière un squelette. Demi-tour les amis.

Une fois les clés - au nombre exceptionnel de deux - trouvées, essayez de les emboîter de manière à obtenir un chiffre. (Vous pouvez choisir lequel.) Le chiffre trouvé vous permettra de débloquer la porte. (Ah oui, faites attention, une simple torche pour y voir ce n'est pas pratique. *ricanement diabolique*






COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Dante T. Della Scala
avatar


Merci qui : Alone. Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 30 Juil - 22:18


the dark of the alley
THE BREAK OF THE DAY

La nuit tous les chats sont gris. Et dans l’obscurité, certains vont vite déchanter.  Dante continuait de descendre ne se préoccupant pas de son compagnon d’infortune —qu’il devinait de très bonne humeur, vu son entrée magistrale, quelques instants auparavant.  Laissant sa main glisser contre la paroi glacée du couloir, le dix de cœur ne tarda pas à buter contre un obstacle.  Et cela ne lui prit que quelques secondes pour en découvrir la nature exacte.  

Bingo, je viens de trouver une torche. Et mon vieux, je peux te dire que  c’est ton jour de chance, j’ai bien faillit arrêter de fumer y a trois jours.

Arrêter de fumer ? Lui ? Jamais. Il s’était senti obligé de baratiner, histoire de rendre l’aventure un peu plus palpitante, car à l’heure qu’il était, les deux hommes n’étaient rien de plus que deux pauvres paumés dans un couloir étroit et puant, menant dans les sous-sols d’une église.  Niveau mission secrète, on avait vu plus reluisant.  

Deux petites secondes que je sorte mon bri…

La phrase ne trouva jamais de fin, stoppé net par un petit bruit métallique, violemment amplifié par l’écho du corridor en pierre.    

Je sais ce que tu vas dire et je sais que tu es déjà en train de me fusiller du regard mais pas de panique. J’ai des allumettes.  

A l’aveuglette, il sortit alors une petite boite en carton de sa poche intérieure et la secoua mécaniquement pour vérifier son contenu. Elle n’était pas vide.  Heureusement, sinon sa mission se serait sans doute terminée ici, dans un bain de sang. Il savait Zayn quelque peu…impulsif, ces temps -ci. Sûr de lui, Dante remonta donc quelque marche pour donner les allumettes à son compère.

Tu t’occupes de la torche, je dois retrouver  mon zippo.

Sur ce,  il redescendit plus profondément dans les entrailles de la terre.   Arrivé à la fin de l’escalier, Dante s’accroupit pour mieux entamer ses recherches.  Dans son inspection, il sentait se mélanger sous ses doigts toiles d’araignées et décombres non identifiés. Pour rien au monde, il n’aurait voulu savoir ce qu’il était en train de toucher.  Au contact d’un bout de métal froid, il s’arrêta net, presque soulagé.  

Ah je crois que je… Non, j’ai rien dit, fausse alerte !

Et sans un mot de plus, il rangea la clé dans sa poche.  
 


Angelo S. Bagarella
avatar


Merci qui : Merci moi. Messages : 40

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 2 Aoû - 2:50



FEAT. ANGELO
443 MOTS

j'suis pas en retard, c'vous qui êtes en avance.
Angelo il est lent.
Angelo il est feignant.
Angelo il est con.

C'est pour ça qu'il venait à peine d'arriver au lieu de rendez-vous. Mains dans les poches, il avait fait son bout de chemin en pensant toujours et autant aux aléas de la vie. Ennuyant. Il avait même prit le temps de se poser sur un banc et de regarder les gens passer. Comme il en avait l'habitude. Au bout d'un moment il s'était enfin décidé de bouger son cul et de rejoindre les autres. Passant sans aucun soucis les gardes. Etant doté d'une agilité qui en ferait jalouser beaucoup, il n'eut aucun mal à rentrer dans l'église. Une fois dans le lieu de dieu, il vit la Vierge Marie. Bon pas la vraie qu'on soit d'accord. Elle avait les mains baissé et en regardant autour de lui, il pouvait voir une porte qui était ouverte.

Merde.
Ils étaient déjà arrivés.
Ils avaient déjà commencé sans lui.
S'ils étaient trop loin, il allait devoir le rejoindre et il aime pas vraiment devoir rattraper les gens. Mais bon, il le devait, après tout, c'était une mission. Puis c'était pas comme s'il faisait ça tout les soirs. Alors il s’engouffra vers ce passage étroit dans le noir le plus absolut. Plus d'une fois il manqua de tomber mais, le truc chic et sympa avec Angelo c'est que le noir, c'est son dada. Même s'il n'y voit rien, il peut toujours jouer de son Alumnus pour pouvoir se rattraper à une pierre ou quelque chose. Justement ce quelque chose. C'était un squelette. Sympa la déco ici. Angelo se retrouvait au-dessus d'un cadavre, et il ne prit même pas la peine de crier ou d'avoir peur.
Ça le dégoûtait pas.
C'est ça ce qui était dégoûtant.
Puis il entendit du bruit venant d'en bas.
Sans tardé il se dirigea vers ces paroles.
Finalement, ils n'étaient pas si loin que ça.

Enfin arrivé vers eux, il fit claquer sa langue comme pour montrer qu'il était enfin arrivé.
« J'arrivais pas à trouver l'église. Fit Angelo tout en regardant les deux jeunes hommes de manière sérieuse, après tout, personne ne pouvait vraiment dire s'il disait réellement la vérité ou pas. Sinon, comment ça va vous deux ? Sympa le lieu de la petite fête, j'aime bien ! » Termina l'enfoiré dans un sourire plus que mesquin. De toute façon, personne ne pouvait vraiment voir qu'il souriait comme un débile. « Ce serait mieux si on pourrait y voir quelque chose d'ailleurs, à part les textures étranges, on peut pas vraiment apprécier la beauté de l'endroit. »
Angelo.
Angelo.
Nous ne pouvons plus rien faire pour toi.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013



[16:21:52] ALINE SAËL : La domination peut commencer o
Zayn Van Sydow
avatar


Age : 22 Merci qui : Meh. Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 2 Aoû - 23:04
La gabardine. Cette gabardine. Oh oui, Zayn la détestait tellement. Le simple fait de l'avoir dans son champ de vision avait le don de faire monter en lui une pointe de frénésie. Comme si cela n'était pas suffisant, Dante avait eu la fabuleuse idée d'apporter un bouquin en mission. Ouvrage qu'il lui avait refilé, évidemment. Trop encombrant pour lui, voyez-vous ? L'assassin jeta un bref coup d’œil audit livre relativement épais, laissant son camarade passer devant lui. La Morsure de l'Ange. Sans doute lui aurait-il rendu son bien immédiatement en temps normal, mais pour l'heure, ce n'était pas le moment de s'attarder sur de telles futilités.

Zayn s'ennuyait. A mourir. D'autant plus que le troisième membre attendu venait tout juste d'arriver... En retard. Bravo. Il s'indigna silencieusement face à cette pseudo-équipe, une troupe de bras cassés qu'il n'aurait jamais cru voir au sein des Lus Sangini. Qu'était-il venu faire ici ? Ah oui... Si ce n'était pour ce secret enfoui au fond de l'église, il y a longtemps qu'il aurait laissé Dante en plan. Mais pour une fois, il allait suivre les ordres donnés. D'une certaine façon. Plus ou moins. Peut-être. Tout dépendrait des conditions futures de leur mission. Mais avec un clampin pareil, il avait dores et déjà cette mauvaise impression de stagner. Quelle équipe, vraiment.
La boîte en carton en main, Zayn tâta l'intérieur pour y trouver l'unique allumette qu'il lui restait pour être exact. Relevant les yeux sans pour autant apercevoir distinctement son camarade, il sentait sa mauvaise humeur s'accroître à mesure que le temps filait.

Une seule allumette. Tu te fous de moi ? Parce que si c'est le cas ça ne fait rire que toi.

En dépit de cette situation hautement ridicule, Zayn tenta le tout pour le tout et frotta l'allumette contre l'extrémité de la boîte. Tel un éclair jaillissant, une chaude lumière chassa une brève partie de l'obscurité, dévoilant ainsi la position du Dix de Cœur posté un peu plus loin. Finalement c'était peut-être mieux sans la torche allumée. A chaque fois qu'il le voyait, c'était la même chose. A chaque fois qu'il l'apercevait, il avait cette envie de lui faire ravaler son insouciance plus qu'irritante.
La flamme faisait danser les ombres qu'elle dessinait sur les étroites parois du passage, tandis que Zayn se tourna finalement vers le nouveau venu, lui adressant un regard aussi mauvais qu'à l'accoutumée. De toute évidence, il n'était vraiment pas d'humeur cette nuit-là et semblait n'avoir qu'une envie : rentrer chez lui.

Greffe-toi un GPS, ou alors arrête de regarder le sol et lève les yeux la prochaine fois, lâche-t-il visiblement sur les nerfs, avant de reprendre la route, emportant avec lui leur unique source de lumière.

Sans souffler ne serait-ce qu'un mot de plus, il passa devant Dante et prit la tête avant de se heurter à une étrange porte destinée à leurs bloquer la route. Décidément la nuit promettait d'être longue. Effleurant l'obstacle du bout de ses doigts, Zayn constata l'absence de serrure. Plaît-il ? Un dispositif d'un tout autre genre se dressait devant eux, attisant ainsi la curiosité et l'intérêt de l'As de Cœur.

Tch... Pas moyen de passer sans un fichu code.

L'Eglise devait vraiment s'emmerder pour faire usage d'un système pareil. Mais de telles précautions ne pouvaient que rendre la situation plus intéressante. Que se cachait-il derrière cette porte au juste ?
Penché sur l'énigme, Zayn se redressa pour scruter les environs et observer les lieux dans les moindres détails. Des dalles de pierre, des murs étroits parsemés de milliers de toiles d'araignées, un sol jonché d'innombrables ossements, cet endroit empestait la mort.

Visiblement ce secret si bien caché n'était pas prêt à se faire percer à jour si facilement. Mais ces trois-là ignoraient pourtant qu'ils possédaient déjà l'une des fameuses clefs à ce mystère... D'autant plus que la seconde, qui se voulait plus fourbe et sournoise que sa sœur, se terrait malicieusement au plafond, soigneusement encastrée dans la pierre de l'édifice. Il ne manquait plus qu'à gratter pour en faire l'acquisition... Encore fallait-il lever les yeux pour l'apercevoir.




You can't hide, I remove from you every tiny strength in everything you do. And I'll kick you down, and break you with tender touch. At our road we connected through the biology of universal cruelty. And then the tears cried in the tear garden...
Will be for Life.
Dante T. Della Scala
avatar


Merci qui : Alone. Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 15:25


Is all that we see or seem
BUT A DREAM WITHIN A DREAM ?

Dans les ténèbres de la cache, la lumière rougeoyante de la torche  dessinait sur les murs des ombres inquiétantes, des démons difformes nés des entrailles de la nuit.  Dante se demanda un instant si l’endroit n’était finalement pas plus accueillant dans le noir.  Parfois, il était préférable de ne pas savoir.  A la vue des ossements jonchant le sol, il n’en fut que plus convaincu. Un frisson de dégout lui parcouru l’échine lorsqu’il comprit  que les fameux débris non-identifiés qu’il avait manipulés précédemment n’étaient autres que ces bouts de carcasses humaines.  Son malaise s’apaisa lorsqu’il entendit les remontrances adressées au dernier venu. Intérieurement, cela le fit ricaner.  Voilà donc ce qui lui fallait pour se changer les idées : une bonne tête de turc.  

Ne sois pas si méchant avec lui, Zayn.  Après tout, c’est vrai, on aurait pu être plus précis sur le rendez-vous : l’énorme bâtiment à coupole avec un clocher pointu, ce n’était pas assez évocateur, ironisa-t-il copieusement alors que sur son visage un sourire sardonique s’étirait lentement.

Il arrêta de fixer Angelo lorsque le feu illumina fébrilement un coin d’ombre, dévoilant un  vieux briquet en argent, oublié près d’un crâne fendu. Avant que la lumière ne vienne à manquer, Dante ramassa son bien et s’empressa de suivre ses deux équipiers,  partis en éclaireur.     Quelques mètres plus loin, devant le cul-de-sac qui s’offrait à eux, le dix de cœur soupira et leva les yeux au ciel.  Lui qui pensait avoir eu un éclair de génie en ramassant cette clé, il était déçu. Dépité, il sortit le bout de métal rouillé de sa poche et le mit bien en évidence à la lueur de la torche :

Vu qu’il n’y a aucune serrure, je suppose que ça ne nous servira à rien ?  Mon vieux, tu vois quelque chose qui pourrait nous aider ? Angelo, je ne préfère pas te demander, avec tes petits problèmes d’yeux, ça pourrait être délicat.

Sur cette petite raillerie, il rangea mécaniquement la clé dans sa poche et sortit une dose de nicotine. Lorsqu’il alluma sa cigarette, le bout rougeoya délicatement dans la pénombre.  Négligemment adossé contre un mur, les jambes croisées, il tira une bouffé et laissa échapper une longue trainé de fumée qui s’éleva dans les airs.  

Bon on fait quoi ? On a une porte à code, on a pas le code et on voit rien à deux mètres. On aurait presque besoin d’un chien d’aveugle.  Si j’avais su, j’aurais fait un saut chez ta petite copine, la blonde là, je sûre qu’elle s’y connait.

Il ignorait pourquoi sur l’instant il avait été aussi cruel.  Il avait fallu qu’il le dise, tout simplement. Les églises le rendaient irascible.  


Zayn Van Sydow
avatar


Age : 22 Merci qui : Meh. Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Aoû - 20:30
La déception s'installa au cœur de Dante et cela se lisait sur son visage alors même que Zayn semblait, au contraire, amusé par la situation. Néanmoins, il savait au fond de lui que cette porte ne céderait pas aisément et que l'échec -même si une telle idée le répugnait- était envisageable à tout moment. Se massant la tempe à l'aide de son unique main libre, l'autre étant occupée à tenir la torche, Zayn tentait désespérément de chasser la voix de son compagnon un tantinet trop bavard, pour se concentrer sur l'analyse des lieux. Il s'arrête jamais décidément, se surprit-il à penser. Mais pour une fois, il n'était pas la cible de ses piques insupportables et irritantes, et il le devait bien à Angelo... Même s'il se surprenait lui-même à accorder intérieurement ses violons avec ce parasite de Dix qui se plaisait à se croire plus jeune que lui, alors qu'ils avaient en réalité le même âge.

Aux pieds de la porte, l'air s'était soudainement alourdi. La poussière et la crasse qui avaient élu domicile dans les escaliers ainsi que dans ce frêle couloir qui se dressait désormais derrière eux se voulaient plus étouffantes encore à ce niveau. C'est après avoir pris une nouvelle inspiration -tant bien que mal- que Zayn se tourna vers Dante, qui s'amusait à agiter une clef devant lui.

Je doute que ça nous mène quelque part. Mais ça ne devrait pas t'étonner. Tu es peut-être bon pour fouiner mais en ce qui concerne les trouvailles concrètes et utiles, on repassera.

Bon certes, Dante n'était peut-être pas si mauvais dans son rôle, mais c'était bien là ce qui avait parfois le don de l'agacer... Pour de multiples raisons.
Peu désireux de stagner plus longtemps devant cet obstacle, Zayn continuait de passer les lieux aux peignes fins, toquant quelques pierres afin de trouver un quelconque défaut dans la construction, tâtant les murs dans le but de déceler une gravure ou autre, balayant même certaines toiles ou de nombreux ossements pour y trouver d'éventuels indices. De la poussière, une odeur putride, le tout accompagné d'insectes tels que des cafards, des scarabées voire quelque scolopendres terrés derrière des colonies de misère. On pouvait trouver pas mal de choses ici, mais visiblement pas ce que les Lus Sangini présents s'affairaient à trouver. Maudite église.

Zayn se tourna de nouveau vers ses compagnons, forcé de constater qu'il était le seul à se tuer à la tâche, pendant que Dante se délectait paisiblement d'une cigarette -sans compter Angelo qui venait d'arriver, tout sourire-, tranquillement adossé au mur, ce qui n'était guère pour arranger son humeur déjà peu clémente. Non mais je rêve, pensa-t-il, devant l'audace de son camarade qui osait poser la question qui fâche, alors même qu'il ne faisait pas grande contribution à la progression de leur tâche.

Ce n'est que lorsque Dante eut la merveilleuse idée d'ouvrir à nouveau la bouche que Zayn sentit son seuil de tolérance atteindre zéro. Jamais il ne lui avait soufflé mot à propos de sa propre vie auparavant, et pourtant cet énergumène venait tout juste d'évoquer un sujet -le sujet plus exactement- à éviter coûte que coûte. Manquant de lâcher la torche, il agrippa le col de cette gabardine détestable avant de cogner ce drogué de nicotine contre le mur, lui faisant perdre sa précieuse cigarette par la même occasion. Le fixant droit dans les yeux, de ce regard si mauvais et empli de haine, l'assassin lui adressa un avertissement, de sa voix certes basse, mais tout aussi menaçante :

Te renseigner et récupérer des infos c'est peut-être ton job, mais ne t'avise surtout pas à venir empiéter sur mes plates-bandes. Tu n'as aucune envie de t'aventurer sur ce terrain glissant, il marque un temps, avant de reprendre, pour l'heure on a autre chose sur le feu, mais on a à parler toi et moi...

Il n'eut guère le temps de prolonger ses dires qu'une poignée de sable de roche s'échappait du plafond pour leurs tomber dessus, très vite suivi par un tintement métallique. Tintement justifié par la chute d'une nouvelle clef aux pieds-mêmes du Huit de Cœur, qui contrairement à ses deux compères, restait loin de toutes sortes de conflits internes... Du moins, pour l'instant.

Reportant son attention sur ce satané parasite, Zayn releva légèrement les yeux vers une araignée velue, de taille relativement grande. Elle descendait du haut de son fil d'une extrême finesse, juste au-dessus de Dante, sur lequel il remarqua quelques douzaines -si ce n'est plus- d’œufs qui embellissaient merveilleusement bien sa coiffure. C'est en penchant légèrement la tête en arrière qu'il constata l'énorme toile située au-dessus de leur tête, le cocon chargé de garder les œufs en sécurité percé. Encore mieux.
Ne pipant pas mot, Zayn la laissa progresser dans sa descente, jusqu'à ce qu'elle ne se pose finalement sur le crâne de son camarade, alors qu'il se reculait de quelques pas, préférant se tourner vers Angelo.

Qu'est-ce que c'est que ça ? Une autre clef ?

Un code. C'était d'un code dont ils avaient besoin. Pas de clefs. Bordel.




You can't hide, I remove from you every tiny strength in everything you do. And I'll kick you down, and break you with tender touch. At our road we connected through the biology of universal cruelty. And then the tears cried in the tear garden...
Will be for Life.
Angelo S. Bagarella
avatar


Merci qui : Merci moi. Messages : 40

Voir le profil de l'utilisateur

Lun 4 Aoû - 23:35



FEAT. ANGELO
443 MOTS

j'suis pas en retard, c'vous qui êtes en avance.
Des petits piques lancés par ses compères.
Des futilités. Des critiques. Des moqueries.
En avait-il réellement quelque chose à faire ?
Un sourire moqueur, c'est ainsi qu'il regardait ces collègues. Il aimait bien ça, quand les gens s'énervaient, c'était divertissant, et même si cette fois-ci ces derniers c'était donné un plaisir à se moquer de son sens de l'orientation, ça prouvait une seule chose. L'atmosphère était déjà à son beau fixe rien qu'avec les deux. D'un oeil experts, Angelo avait tout de suite comprit que les deux n'étaient pas les meilleurs amis du monde et cela pouvait déjà se voir facilement à leurs regards échangés. "Intéressant." C'était simplement ce qu'il s'avait dit. Finalement l'As de coeur ouvrit la route en partant le premier. Pour finalement faire face à une porte. Sans serrure. Voilà qui allait aider à échauffer les esprits des deux Lus Sanguini. Angelo ? Lui, il n'était là que pour assister au spectacle finalement. C'était bien plus marrant de les voir s'énerver que d'aider. « Vu qu’il n’y a aucune serrure, je suppose que ça ne nous servira à rien ?  Mon vieux, tu vois quelque chose qui pourrait nous aider ? Angelo, je ne préfère pas te demander, avec tes petits problèmes d’yeux, ça pourrait être délicat. » Un rire échappa de ses lèvres. Il était peut-être le plus jeune ici mais, c'était lui qui avait le plus les pieds sur terre. " Alors ça ressemble à ça les Lus Sanguini ?" Se dit-il tout en hochant la tête comme un gamin en direction du Dix de Coeur. "J'ai bien fait d'y rentrer." Si les autres membres se trouvaient être aussi farfelu que les deux énergumènes qui se trouvaient face à lui, il allait pouvoir en apprendre plus à propos des gens qu'il catégorisait de "normaux" et "humains". « Bon on fait quoi ? On a une porte à code, on a pas le code et on voit rien à deux mètres. On aurait presque besoin d’un chien d’aveugle.  Si j’avais su, j’aurais fait un saut chez ta petite copine, la blonde là, je sûre qu’elle s’y connait. » Une gentille petite phrase pour relancer le débat de celui qui a la plus grande. Vraiment, étaient-ils réels ?

Angelo finit par s'accroupir, il fallait lever les yeux ? Autant les garder au sol. Qui à vouloir provoquer encore plus, autant le faire de manière grotesque. Et c'est ainsi que le spectacle commença. D'un regard amusé, il vit l'As de Coeur sortir complètement de ses retranchements. Tout en se ruant sur le fumeur, il le prit par le col avant de le plaquer contre un mur poussiéreux. Encore une fois, Angelo ne pouvait cacher cet amusement qu'il avait en ce moment même, ils étaient magnifiques. Puis un tintement métallique se fit entendre. Une clef. A ses pieds. Voilà maintenant que les choses venaient à lui ? C'était la meilleure. La prenant dans les mains, tout en soufflant dessus pour enlever la poussière qu'il y avait dessus il se mit à l'examiner. Pourquoi une clef alors qu'il n'y a pas de serrure ? Ceci était complètement idiot. Relevant le visage vers Zayn il haussa les épaules, soupirant légèrement il finit par se mettre debout. « Ouais mais, si y'a pas de serrure, c'est complètement inutile. » Il tendit la clef vers ce dernier, tout ceci était bien trop compliqué pour lui. « Au pire, vu que j'ai pas la possibilité de voir avec mes yeux correctement, vous avez qu'à chercher si y'a rien marqué dessus. » Huhuh, Angelo, ce n'est pas bien de vouloir rentrer dans leur jeu. Mais soit, je sais très bien que tu as besoin de divertissement. Voyons voir comment va se passer cette recherche de code. Un autre petit évènement comme il vient de se passer il y a de ça deux minutes ne te dérangerais pas je supposes.
Serpent vicieux que tu es.

code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013



[16:21:52] ALINE SAËL : La domination peut commencer o
Dante T. Della Scala
avatar


Merci qui : Alone. Messages : 19

Voir le profil de l'utilisateur

Mer 6 Aoû - 21:07


Three might keep a secret
IF TWO OF THEM ARE DEAD

Au moment du choc, une douleur fulgurante remonta le long de sa colonne vertébrale. Mais il savait que ce n’était rien par rapport au mal qu’il avait pu infliger avec ses mots, ses petites lames aiguisées, bien plantées au fond d’un cœur déjà brisé.    Pourtant agacé par la tournure que prenaient les événements, un sourire furtif se dessina sur les lèvres du dix de cœur. Alors comme ça,  Zayn avait des sentiments. Alors comme ça, il avait un sérieux point faible.  Le blondinet était donc sur la bonne voie. Et, il en était persuadé, une certaine personne serait ravie de l’apprendre.   Dante profita du flottement général qui suivit l’altercation pour épousseter ses épaules, lisser le col de sa gabardine et chasser les charmantes petites créatures qui venaient de se loger sur sa tête. Puis, lorsque le huit tendit la seconde clé à l’as, le jeune provocateur s’interposa et s’en empara, bousculant volontairement Zayn  au passage.  Ça, c’était pour sa cigarette gâchée.

Deux clés et toujours pas de serrure, intéressant. Quelqu’un veut se lancer dans une collection ? J’ai l’impression que c’est le moment.

Il sortit la petite sœur de sa poche et se mit à les examiner attentivement, l’une après l’autre, des fois que la jeune recrue ait eu une idée de génie. Mais il ne trouva aucune indication, aucun code.  Perplexe, il contempla quelques secondes les deux morceaux de ferraille au creux de sa paume puis leva les yeux vers ses compagnons :

On devrait s’en débarrasser, ça nous mènera à…

Dante s’arrêta net dans son élan comme traversé par un éclair et baissa de nouveau le regard. Il cligna alors des yeux, incrédule de sa découverte.  Sans raison apparente, il se mit à ricaner nerveusement et referma la main sur les deux clés, serrant son poing avec force.  La tête haute et la démarche confiante, il se dirigea vers la porte close et actionna le vieux mécanisme rouillé, prenant soin de faire apparaitre sur le cadran un zéro et un sept. Un cliquetis significatif s’en suivit.   Le sourire rayonnant,  il ne prit même pas la peine de se retourner et brisa simplement le silence de son petit ton hautain.

Je ne sais pas ce que vous feriez sans moi, très sincèrement.

Sur ce, il poussa la lourde porte rongée par le temps et s’engouffra dans le nouveau passage.  



Venezia
avatar


Merci qui : Papa. Messages : 200

Voir le profil de l'utilisateur

Sam 9 Aoû - 0:43
LA CACHE


La porte se déverrouille, laissant entendre un long mécanisme. Un bruit de fer et de bois se mélange sans le grincement dans la porte, laissant apparaître le néant des ténèbres. Il fait noir, encore et encore, comme un tunnel sans fin. Un labyrinthe des ténèbres. Et pourtant, au bout du chemin, une lueur, un espoir. Le vent souffle légèrement et s'engouffre dans le passage. La sortie ne semble plus très loin, et pourtant. Une immense salle apparaît, quatre portes disposées en cercle. Seule l'un de ses portes vous mènera à la sortie - de la salle.



MARCHE À SUIVRE —
OUI. J'aime vous embêter avec les portes hinhin. Alors. L'énigme de ce jour: entre chaque porte se trouve une inscription sur le sol, vous permettant de découvrir quelle porte prendre. Comme je suis gentille, un schéma! (Vous moquez pas, il est fait avec amour. 1-2-3-4 sont des portes.)

Énigme 5929022T73 pour une porte:
 

Si vous arrivez pas à la résoudre, indiquez juste dans le poste quelle porte vous voulez prendre et je posterai pour vous dire que vous êtres trompés (et nuls aussi). Bon courage. *A*


Je rappelle pour vous simplifier la vie si c'est chiant, les posts doivent faire 20lignes max. Normalement. 8D




COMPTE FONDATEUR
Créateur des tourments

Veuillez ne pas contacter par mp.
Contenu sponsorisé





EVENT I • LA CACHE

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Venezia :: Dorsoduro :: Santa Maria
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-