DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



Je ne ferais pas ça si j'étais toi — Gabriele.

Nephilim O. Apries
avatar


Age : 24 Merci qui : Moi-même. Messages : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 14 Aoû - 15:57


TROUBLES ARE COMING


Je regrette le temps où Venise était aussi sage qu’une image.
Je regrette le temps où le sang ne souillait pas l’eau de cette belle cité.
Mais ce temps est révolu. Désormais, seuls les plus forts survivent.
Ou les quelques touristes de passages dans la ville.
Enfin « quelques »… c’est un euphémisme.
La « masse » de touristes serait plus exacte.

Ça fourmille de visiteurs ici. Après tout, selon une certaine légende, notre cité serait apparemment la ville la plus romantique du monde. Si le rouge est la couleur de la passion, n’oublions pas que c’est également la couleur du sang. Or, ce liquide carmin recouvre souvent les sols depuis quelques années. La faute à qui ? À tous ceux qui le répandent bien entendu. Les criminels, les carabiniers ; même combat. Oui, je pars du principe que nous ne sommes pas exempts de tout reproche. Certes nous devons nous assurer que la justice ait le dessus, mais certaines méthodes sont parfois à bannir. Notamment les miennes. Il faut dire que je ne suis pas un enfant de chœur. Je suis prêt à tout pour arriver à mes fins, mon esprit combatif que voulez-vous. Paradoxalement, j’éprouve parfois cette envie de ne rien faire, comme c’est le cas aujourd’hui. Raison pour laquelle je flâne nonchalamment dans les rues de Venise ; sans aucun but d’aucune sorte, juste pour le plaisir de me dégourdir les jambes. J’esquive les passants, les touristes, peut-être même quelques criminels potentiels allez savoir. Cette cité regorge de surprise.

Et c’est alors que mon regard se fige. Sur ce qui est à mon sens : LE café de Venise. Tiens un petit breuvage à déguster ce n’est pas de refus. Je prenais alors tranquillement place sur une table au hasard, libre bien entendu. J’attendais alors non sans impatience le serveur. Étant donné que celui-ci n’avait pas spécialement l’air décidé à venir, je sortais mon téléphone, pour vérifier l’heure ainsi que pour vérifier si je n’avais pas d’éventuels messages importants. Rien de tout cela. Tout va bien dans le meilleur des mondes comme on dit. Et c’est alors que celui que j’attendais le plus fit enfin son apparition : le serveur. Celui-ci s’excusa de son retard et prétexta qu’il ne m’avait pas vu. Je ne lui fis aucune remarque désobligeante, je lui demandais simplement de m’apporter ce que je voulais, à savoir un café & un petit truc à déguster. Une fois que ma commande fut arrivée, il ne me restait plus qu’à me régaler. Un sourire gourmand me vient alors aux lèvres, mon moment préféré de la journée : l’heure de prendre un café en terrasse en dégustant une spécialité italienne. Je laisse libre cours à votre imagination pour lequel se porte mon choix.

Et c’est alors que mon regard se pose sur un événement intriguant.
Un personnage louche. Puis un deuxième non loin de lui.
Derrière pour être plus précis.
Celui-ci semblait cacher quelque chose sous sa veste.
Je ne suis d’ordinaire pas méfiant… mais là c’est une autre histoire.
C’est mon instinct qui se réveille.

Tick tick tick. Le temps s’arrête. Les mouvements se figent, les pas se stoppent. Il ne reste plus qu’une personne libre de ses mouvements : moi. Évitons cependant de consommer trop d’énergie. Vérifions simplement si mes soupçons sont justifiés et fin de l’histoire. Je m’approchais alors de l’individu louche, qui ne lâchait visiblement pas du regard celui qui était juste devant lui. Un personnage tout aussi étrange, avec un look singulier. Mais je ne m’occupais pas de lui plus longtemps. Je vérifiais ce que ma cible avait sous sa veste d’un geste rapide. Une arme… rien que ça ? Je ne me trompais donc pas pour une fois. Je soupirais longuement, avant de lui prendre cette arme des mains, pour la cacher sur moi. J’en profitais ensuite pour asséner un coup de pied à ma victime. Juste avant de remettre le temps en marche. Tandis que la foule fut attirée par la chute de cet éventuel agresseur, j’allais reprendre mon souffle à ma table. C’est alors que l’autre individu louche passait tout près de moi. J’en profitais alors pour lui souffler d’une voix taquine :


— Je ne sais pas si c’est vous qu’il visait. Mais le monsieur qui vient de perdre subitement son équilibre ne risque pas de pouvoir marcher avant un petit moment. J’y suis sans doute allé un peu fort…


Je ne savais absolument pas qui était sa cible c’est vrai.
Mais j’ai sans doute empêché un crime.
C’est déjà ça.
Et puis de toute façon, même si mon interlocuteur n’était pas visé…
Il est trop singulier pour que je le laisse passer son chemin comme si de rien n’était.
Et… j’ai sans doute capté son attention avec mes mots.
Voyons voir ce qu’il en pense.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING



 
Life is good
Je suis toujours celui que j’étais, celui que je suis, mais la question c’est de savoir ce que je deviens ! Il reste tellement de blanc à remplir, mais pour l’heure à cet instant, je suis content, peut-être même heureux ! Finalement je dois en convenir, la vie est belle !
©Shyvana
Gabriele Colantonio
avatar


Age : 23 Merci qui : Moi. Messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 24 Aoû - 20:59
oh snap
NEPHILIM O. APRIES ft. GABRIELE COLANTONIO


Venise représente beaucoup de choses : un passé glorieux, un présent attractif et un futur au destin certainement tragique. Gabriele aime les richesses de sa ville bien-aimée, chaque jour elle lui fait découvrir quelque chose de nouveau, d'insolite. Et cela depuis vingt-sept ans. Jamais il ne se lasse de la contempler, magnifique, habillée de sa lagune, endossant sa plus belle parure lors du carnaval, resplendissante. Elle peut être passe-partout comme tape-à-l’œil, calme et douce comme vicieuse et sans pitié ou encore modeste comme riche. Ah, la richesse. Sujet redondant chez Gabriele. Celui-ci aime beaucoup flâner dans les quartiers, observer la misère dans laquelle il a grandi ou bien l'aisance qu'ont les autres et qu'il cherche à atteindre. Envieux. Qui ne rêve pas, au moins un tout petit peu, de mettre un pied dans la caverne d'Ali Baba, même si ce n'est qu'éphémère ? Lui en est encore au stade où il ne fait plus partie d'aucun des deux milieux. Il ère, attendant paresseusement que le destin lui fasse un signe.

Et donc en ce beau jour, sa contemplation se tournait vers Saint-Marc. LE quartier touristique et riche de Venise. Gabriele était planté au milieu d'une petite place, où la vie grouillait autour de lui, les gens étaient des flux pleins d'émotions. Qu'est-ce qu'il ressentait lui ? L'envie. Encore et toujours la même chose. La plupart des personnes voit la vénalité comme un pêché, quelque chose de malsain. Mais il n'est en rien plus malsain que d'autres préférences. Chacun son vice et Gabriele assume et revendique totalement le sien. Oui, il était prêt à tuer pour qu'Alexei lui verse de l'or sur la tête. Et alors quoi ? Le but des organisations qu'est la fontaine de Jouvence était-il moins fou ou bien moins tordu que ses motivations à lui ? Non. C'était du pareil au même.

L'or brillait en faisant face au soleil rayonnant sur la cité, majestueux. Il donnait cet air un peu trop précieux, mais aussi sombre. Car aussi flamboyante Venise soit-elle, il y avait bien des années que les ombres tâchaient ses couleurs immaculées. Rouge. Couleur aux significations multiples, elle recouvrait les rues et murs de la ville de plus en plus souvent, épinglée d'une grande cause. Et personne n'est à l'abri du rouge. Pas même Gabriele. Pas même Alexei. Personne. Et si seulement l'homme qu'il était ne s'était pas égaré dans ses contemplations, il aurait pu s'éviter des rencontres – bonnes ou mauvaises. Chacun ses faiblesses, celle de Gabriele étant de trop s'adonner à ce qui lui tient à cœur. Assez philosophe dans l'âme, au fond, la place où il se trouvait se prêtait très bien à son état du moment : le café Florian, lieu de rameute des têtes pensantes et contemplatives de la vie.

Brusque retour à la réalité : un bruit familier se manifesta derrière lui. Gabriele sursauta un petit peu tout en se tournant vivement pour faire face à ce qu'il se passait. Un mec, certainement tout aussi louche que lui-même, se faisait fouiller. La police. Sa meilleure amante apparemment. Il grimaça légèrement. Le policier à l’œuvre extirpa de sous la veste de l'autre mec un flingue. Gabriele haussa un sourcil. Mais cette expression un peu interrogative se transforma en incompréhension totale. Ses yeux s'écarquillèrent lorsque ledit policier asséna un high kick monumental dans l'abdomen de l'autre mec. Quelques cris outrés de passants s'élevèrent, puis la vie reprit son cours. L'Altar était à la fois amusé et peiné de la situation. Attristé car ce genre de choses est banal dans le monde d'aujourd'hui. Venise est devenue sale. Gabriele ferma les yeux un instant, refoulant un grand sentiment de tristesse.

La policier quant à lui était retourné tranquillement à sa table, sur la terrasse du Florian, son café et son en-cas trônant sagement. Il choisit d'ignorer son action, moins il avait de dialogue avec son amante, mieux c'était. Sans plus de cérémonie, il s'attela à dégager de l'endroit, finalement désintéressé du côté riche de la ville pour aujourd'hui. Gabriele passa devant la table du policier mais celui-ci décida au final qu'il fallait bousculer ses choix. Il soupira intérieurement.

« Je ne sais pas si c’est vous qu’il visait. Mais le monsieur qui vient de perdre subitement son équilibre ne risque pas de pouvoir marcher avant un petit moment. J’y suis sans doute allé un peu fort… »

Gabriele ne savait pas non plus lui-même si cette arme et les balles qu'elle contenait lui était destiné. A vrai dire, cela ne paraissait pas impossible mais il n'avait pas prêté plus d'attention au visage de son potentiel agresseur, sans doute un pion insignifiant à qui on a demandé de faire le sale boulot. Rictus intérieur.

« Fiou, tellement gratuit ! » répliqua-t-il après s'être arrêté avec un petit sourire – bien trop forcé à son goût. « La police m'étonnera toujours ! »

L'ignorer aurait suscité certainement une sorte d'intrigue chez le policier, et Gabriele n'avait vraiment pas envie de jouer à la course-poursuite maintenant. Chez les bleus, il avait déjà cette chère Clélia qui lui collait aux talons et ne ratait jamais une occasion de jouer à chien et chat, ce qui faisait de lui un visage plutôt familier des forces de l'ordre. Aussi, finalement, arborer le masque habituel de la comédie lui sembla être la meilleure solution. Pas que ce ne soit pas naturel, mais disons que ça passait toujours bien. Ainsi, Gabriele s'attela à faire preuve d'imagination, d'humour et de bonne humeur.

« Ca t'arrive souvent de faire ce genre de trucs ? Non parce que franchement, je sais pas si je dois me sentir en sécurité ou en danger avec toi là hoho. » continua-t-il, les poings sur les hanches.

Le vouvoiement est quelque chose de rare chez Gabriele, disons que pour lui il ne devrait pas y avoir de hiérarchie puisque lui-même est détenteur de titres/rôles/positions – rayez la mention inutile – qui font de lui un paradoxe complet. ANARCHIE. Non en fait, il ne s'agit aucunement d'un appel à la rébellion, l'Altar ne milite pas pour ses convictions, il vit juste comme il l'entend et les autres aussi. Les choix ne se discutent pas, mais au fond, on peut facilement les pousser à changer. Pouvoir, argent, corruption, pourriture.



FABULEUX. ALLUME-MOI, LE DIABLE C'EST MOI. MARCHAND DE TERREUR, OREILLES ET YEUX DE LA CITÉ, LE BUT C'EST DE VIVRE JUSQU'À LA DERNIÈRE HEURE, JUSQU'AU JUGEMENT DERNIER.

Je ne ferais pas ça si j'étais toi — Gabriele.

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Venezia :: Saint Marc :: Caffé Florian
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-