DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



GOD save the QUEEN ♦

Aaron Keinz
avatar


Age : 23 Merci qui : Beurre. :3 Messages : 9

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 8 Juin - 9:16
Aaron Keinz
AGE 23 ans
NATIONALITÉ Italienne
GROUPE & RÔLEDame des altar
ALUMNUS 【latin】 Sang Acidifie 【Acidium】

J'ai mal. Je souffre. Mais j'ai finit par apprécier la douleur. Ou du moins la supporter pour moins vous choquer. Avec un "pouvoir" pareil, il est nécessaire de serrer les dents et hurler en silence. Personne ne me permets de grimacer. J'ai apprit à cacher. Pourtant mon Alumnus est dangereux pour moi. Un moyen de calmer ? Les clopes. Mes femmes. Ouai, un vrai trésor. Un antidote tant dans la maladie que dans l'amour. Je suis seul mais je ne le suis plus en leur compagnie. Ma malédiction est contrée. Pourtant je ne dirai pas non à un peu plus de douceur dans ce monde acide...





CARACTÈRE
Je fais le monde à ma façon
Coulé dans l'or et le béton
Corps en cage, jeté en prison
Moi je tourne en rond, je tourne en rond.

« En attendant poursuivons ce caractère que je connais tant, moi qui ai fait la rencontre de cet homme il y'a quelques années déjà... La première chose qui m'a frappé c'est bien sûr son attitude calme mais violente dans ce qui est du travail. Toujours droit comme un I, il ne parle que quand il en voit l'utilité. Jamais de paroles en l'air. On peut dire qu'il est dans son monde. »


▬ J'ai mon monde en effet. J'ai cette capacité d'imaginer ce que j'aurai souhaité. Seulement voilà, mes envies ne sont qu'une suite de rêves impossibles. Je suis quelqu'un qui a de l'imagination et qui n'hésite pas à dresser des objectifs un peu partout. Ma force est mise dans la levée d'une voile mais elle a le rôle d'écrire mes rêves sur son blanc parfait avec l'encre faite de mon sang. Oui, je suis aussi courageux et je vais jusqu'au bout des choses. Peut importe si je suis blessé. Peut importe si d'autres hommes sont blessés. Ce n'est pas que je sois sans cœur mais juste aux envies dévastatrices. Elles dévorent ma raison et me force à parfois commettre l'irréparable. Mon corps me contrôle tout entier et je ne réfléchis pas toujours à ce que je fais ou dit. Sans doute pour ça que je suis honnête... et certains diront un peu trop.

« Je ne sais moi même... qui je suis réellement. » Phrase compliqué pour commencer, n'est ce pas délicieux ? Je me permets de vous présenter ce charmant Mr Marmelade si vous le permettez... il ne peut actuellement pas vous recevoir – regarde derrière un homme en train de déchiqueter une peluche, une tasse de thé entre les orteils d'un pied levé, une asperge dans la bouche - … oui donc je disais cet homme est un peu particulier (sans blague). Par où commencer... Je dirais qu'on peut commencer par le sujet principal, le trait de caractère le plus marquant : la froideur.

Il est légèrement hautain. Mais c'est pas de sa faute, ou du moins il a apprit à se faire dur comme un roc et surtout montrer qu'il était capable de ci ou de ça. Ce n'est pas qu'ils vous discrimine vous, tout particulièrement, mais il est jaloux de ceux qui ont plus. Il n'en peut plus de ces Hommes qui n'ont plus de considération pour les autres. Parfois il vient même à penser que les êtres humains ne sont plus dépourvus de cœur que sur quelques individus mais que la majorité est remportée par des animaux aux griffes acérées et à la langue fourchue. Certains de ses « proches » ont compris que son dégoût du monde l'emporte sur l'ensemble de ses sentiments. Ainsi il ne vit plus qu'avec colère et grande gueule.

Aaron sort une clope.
De loin je semble en transe, est-ce synonyme de violence ?.

Aux premiers abords, il apparaît assez froid et distant. On le dit alors fier et hautain, mais en fait, c'est simplement qu'il a plusieurs difficultés à se rendre agréable à des gens qu'il ne connaît pas. Après, c'est vrai qu'il est un peu fier, mais un peu d'orgueil ne peut pas faire de tort. Il a du mal à s'ouvrir aux autres, c'est pourquoi il supporte assez mal les personnes bavardes et très chaleureuses. Un peu comme s'il était jaloux de leur facilité à sympathiser avec les autres. Enfin, dès le départ, c'est un très mauvais mélange, car ce genre de personnes ont trop souvent la fâcheuse tendance de taquiner les êtres un peu plus coincés comme lui et monsieur est très irritable, voir susceptible. Non, il n'aime pas qu'on le titille sur son impassibilité et ses manières distantes. Et ce qu'il supporte encore moins, c'est qu,on se moque de ses amours. Sujet à ne pas aborder d'ailleurs. Dans ces cas-là, il peut se montrer assez violent, voir un tantinet sadique envers l'imprudent qui se serait aventuré dans ces eaux marécageuses. Cette intolérance aux plaisanteries cacherait-elle une adorable gêne ou un manque d'estime de soi? Aucunement. Le journaliste est plus du genre à considérer que tout le monde est égal et peut même se placer ... bien plus haut que quelqu'un. Cela lui joue trop souvent des tours.

Aaron sort une clope.
Être mystérieux n'a rien de miséreux.

Excepté d'être asocial, Aaron se veut être quelqu'un de très secret et mystérieux. Il ne parle que très peu de lui-même et jamais de son passé. Même ses amis proches ne peuvent se flatter de le connaître beaucoup plus que la majorité des gens. Oui, avec il se montrera plus ouvert, mais il n'aime toujours pas parler de lui-même. Il préfère entendre ce que les autres ont a dire: il n'a pas besoin de repenser à ses histoires, il les connait déjà. Puis, aussi surprenant que cela puisse paraître à l'indifférence qu'il manifeste aux propos des autres, il se montre souvent intéressé par leurs histoires, jusqu'au point de compatir dans certains cas. Il ne donne pas beaucoup son opinion et semble de ficher de tout, mais c'est juste les apparences. Il n'aime tout simplement pas penser, ni se casser la tête. C'est le genre de personne qui se fait des réflexions sur un ton morne, jamais surpris. De toute façon, il déteste les surprises et il l'a bien fait comprendre à ses fêtes d'anniversaire. Les crises qu'il vous a piqué... Maintenant, il n'est plus trop du genre à se mettre en rogne, mais plutôt à aller bouder dans son coin, une cigarette à la bouche et un air meurtrier au visage. Dans ce temps-là, il vaut mieux le laisser tranquille: il pourrait bien vous botter les fesses d'un coup de pied.

Toujours droit comme un I, il ne parle que quand il en voit l'utilité. Jamais de paroles en l'air. Ce n'est pas être réservé mais plus ne pas utiliser trop de salive. Pourtant quand il s'agit d'art, tout change. L'artiste est acharné, prit dans son truc, attentionné... On dirait qu'il oublie tout ce qui l'entoure, il est dans son monde et c'est très dur de l'en faire sortir... mais je dirais que c'est ce que j'aime le plus chez lui. Sa façon de me regarder entre ses coups de crayons quand il me dessine, ses évasions poétiques en un regard vers le ciel, ses yeux perdus dans le vide...

Aaron sort une clope.
L'amour n'est pas qu'une erreur de parcours...

Après, chose peut-être inattendue, il est un peu fleur bleue et se plaît bien dans les scénarios de romance passionnée. Peut-être a-t-il lu trop de romans et de mangas, mais il aime bien toutes ces histoires d'amour impossible, peu importe le sexe des deux individus. D'ailleurs, son plus grand rêve, outre échangé son pouvoir contre quelque chose de moins ridicule, serait de rencontrer la femme de ses rêves, de l'épouser et de fonder une petite famille. Il croit dur comme fer à l'âme sœur et compte bien la trouver, malgré sa restriction à vivre là où il est à cause dudit malheureux pouvoir. Enfin, la femme qui aura droit à ses faveurs sera choyée entre toute, car il est attentionné et très fidèle. D'un autre côté, il est carrément possessif et jaloux, alors gare au type qui oserait toucher à sa copine. Même s'il ne s'agissait qu'un vieil ami d'enfance, il garderait sa méfiance. Non, il n'aime pas qu'on touche à ce qu'il considère comme sien et encore moins quand quelques habiles tours pourraient détourner l'objet de son amour de lui. Enfin, il faut le comprendre: ce pauvre garçon est du genre à s'apitoyer sur une déception amoureuse pendant des lustres. C'est qu'il est loyal, il ne trahira jamais un ami, encore moins l'être aimé.

Aaron sort une clope.
Je n'ai pas peur, tu peux trembler de terreur.

Heureusement... l'écrivain est courageux ! Il n'hésitera pas à vous venir en aide dans n'importe quelle situation, il est près à aller parcourir les bois tout nu en pleine nuit, il est capable de ... oui de défendre un criminel au péril de sa vie. Une qualité mais aussi un défaut lorsqu'on oublie sa propre vie au dépend des autres... Enfin j'exagère un peu. Sauver les autres? Oui mais seulement lorsqu'il en a envie. Il sait être doux, attentionné, mais protecteur est plus rare et il ne vous aidera pas à chaque fois. Dépend quel pied a été le premier a se poser sur le parquet au pied du lit au matin de votre malchance ~

Mr Keinz a écrit:
Impassible, je ne ressens que peu de choses, enfin c’est surtout que je ne peux les nommer. Je sais que j’aime les gens, leur présence, leurs regards, leurs discussions, sans forcément y être mêlé. J’aurais adoré pouvoir analyser tous les comportements, différencier un tel de un tel, j’aime la socialisation. Peu commun, mon originalité me permet de ne pas passer inaperçu, les gens remarquent souvent que quelque chose est différent chez moi. Éduqué par la rue et la misère, je sais pourtant bien me tenir, bien parler, et me fondre dans la masse.


HISTOIRE

Aaron sort une clope.
Avant j'étais ce qu'on voulait que je sois.

Calomnie
Livraison
Oublié
Peine
Eloignement

Plus tourné sur l'écriture de roman et sur l'écriture de script, le métier d'écrivain l'intéresserait plutôt aussi ! Parfois il lui arrive d'écrire des romans ou quelques nouvelles. Mais il est aussi un professionnel en matière de musique c'est donc vers là que le jeune homme va tourner sa vie : l'écriture, le dessin et les animaux. Il peut encore se souvenir des nombreuses saisons jouées à sa petite sœur des "Quatre Saisons" de Vivaldi qu'elle adorait. Depuis il les chantonne dans les rues et les joues régulièrement sans pour autant s'y reposer pour gagner sa vie.

Dès la naissance du petit rejeton, on remarquait par moment qu'il ne se comportait pas tout à fait comme on attendait de lui. Il imaginait... Il créait et son père jugea judicieux de réprimander de telles actions : "l'imagination implique la fin du combat... Elle s'apparente à la distraction" voilà l'affirmation à laquelle avait droit le jeune homme avant des fessées dont il se souviendrait à vie. Mais ce dont le paternel ignorait est qu'il n'a fait que jeter de l'essence sur un feu. En effet le seul moyen, pour le jeune homme aux cheveux bruns, de s'échapper était son art.. Il a tout de même suivi une des plus prestigieuses éducations où il se passionna pour l'écriture, la philosophie et le dessin. Il fit tout de même des études dans la diplomatie et laissa tout tomber lorsqu'il se rendit compte que personne ne le voyait d'un très bon œil... En plus de travailler à l'école, il devait étudier à la maison. Il n'aura une pause qu'entre quatre et cinq heure de l'après midi. C'était l'heure magique. A chaque fois que l'heure affichait quatre heures, l'enfant courrait dans la maison pour sortir prendre l'air et surtout, rejoindre sa cachette. Dans le bas d'une colline, cachée dans les fourrées, une grotte inoccupée avait accueillit le jeune homme. Ce dernier avait sa maison à lui et venait y dessiner ce qu'il voulait. D'ailleurs, il était malin le garnement, pendant que ses parents ne le regardaient pas ou changeaient de pièce un instant, il montait sur une chaise et avançait l'heure. Au retour, il la retardait avec un sourire fier aux lèvres. Le jeune enfant grandit peu à peu entouré d'une sœur aîné et d'un frère légèrement plus jeune avec un caractère très fort... Une famille qui était déjà bien grande et pleine d'avenir... Et pourtant.

▬ Maman... Je ne veux plus rien.
◘ Tu ne m'aimes plus ?!
▬ ... ce n'est pas ça... Je veux autre chose...
◘ Ne t'inquiètes pas chéri, maman t’achèterai ce que tu veux la prochaine fois, envoie moi ce que tu veux ! Je te laisse, maman est occupée. Salut, sois sage.

Elle ne comprenait décidément rien. Elle n'était jamais là. Ils n'étaient jamais là. Quelle que soit la situation familiale, les deux parents ont leurs propres compétences et savoir-faire pour élever leur enfant. Si le père, ou la mère, ne sont pas présents tous les jours, comment faire pour assurer malgré tout son éducation et maintenir le lien avec lui ? Aaron en perdait toute personnalité. L'enfant n'était plus qu'une coquille vide de l'abscence de ses parents. Ceux-ci pensaient qu'on envoyant des colis de temps à autres ou dire "je t'aime" par le téléphone suffit. Mais ce n'est rien. Ca ne répare pas la peur d'un enfant la nuit seul dans la maison, l'abscence de jeux avec un autre, l'amusement ou encore la bonne nourriture. Oui il est autonome et débrouillard. Mais à quoi cela sert il quand on n'a que 6 ans ?

Être sage. Tout ce que les parents souhaitent de leurs enfants. Qu'ils soient sages, qu'ils ne les énervent pas, qu'ils obéissent, qu'ils ne leur fassent pas honte... Mais c'était finit. Il l'avait fait. Il était sage. Il l'avait été pendant tant d'année. The end. Maintenant il prendrait sa liberté. Ses rêves dans une valise, le beau brun quitta le cocon famille. *Tch, quel cocon* Tout ce qu'il avait eu, c'était des mots à travers un fil.

♛ --------------------------------------------------------------------------------

Un soucis majeur va tout contrecarrer, tout rebasculer... Le plan des parents, ce qu'ils avaient cochés comme validé : la disparition de leur seul fils et descendant. Il n'en pouvait plus, il étouffait dans cette famille qui ne le regardait même pas. Le jeune rebelle ne voulait plus être ce petit être parfait, presque robot qui suivait n'importe quelles restrictions de ses parents. Respirer. C'est tout ce qu'il voulait. Alors il choisit de vivre une seconde vie. Loin de la nouvelle maison de ses parents, maintenant installés dans la capitale française. Une vie cachée, une vie éclairée par les projecteurs. Malgré le côté risqué, la dangerosité de sa vie, il la préfère à la seconde. Au début, ce ne sont que des sorties cachées en ville, des balades sans but dans les forets du pays. Puis cela devient plus fréquent et tout se concrétise.

Le temps était au beau fixe, pas un nuage en vue alors qu'il parcourait les ruelles. Un peu perdu, c'est vrai mais il se sentait "libre", autant qu'il le pouvait. Bien sûr, il ne pouvait s'empêcher de regarder en arrière si quelqu'un le suivait ou de baisser son visage quand il croyait reconnaître quelqu'un. Mais somme toute, c'était une journée agréable qui s'annonçait, alors pourquoi ne pas découvrir ce monde qu'il avait toujours rêvé de parcourir. Le chant des oiseaux ponctuait chacun de ses pas même s'ils n'étaient pas aussi nombreux que dans le temple, essentiellement des moineaux. Alors qu'il flânait, butinant les devantures des magasins tel un papillon, en imaginant des morceaux de musique à siffler aux oiseaux. Pourtant, ce n'était pas vraiment le lieu propice à tous ces émerveillements et vocabulaire mélioratif. Il finit par découvrir les côtés sombre de la populace. Il se perd dans la drogue pendant un moment, utilise des armes... avant de ne plus pouvoir rentrer chez lui. Aaron perd la tête. Il démonte toute une vie créée de toute pièce mais n'a pas la force de s'en créer une nouvelle. Alors il se délaisse. Il se perd dans les rues sombres de Paris.

Aaron sort une clope.
Le jour d'après est un grand jour, le jour de l'amour.

Courage
Libertée
Ouverture
Perturbation
Evolution

Aaron. Le héros de notre roman. Souvent comparé à un ours pour son caractère. Plus que méchant que Balou mais moins que Donkey Kong en rûte déguisé en ours. Bougon. Pire. Aaron n'a jamais trouvé chaussures à son pied. Pourtant c'est un travailleur... Mais l'un n'empêche pas l'autre, la société accueil ne lui permet pas de jouir pleinement de sa vie comme il l'entend. Et même si c'était un boulot qu'il déteste, même si le fleuve de cette vie était sans repos, ça lui irait. Le brun ne demandait qu'un toit et un travail. Nombre de personnes demandent bien plus et ont pourtant la chance de tout avoir. On pourrait croire qu'être avare et demandez la terre est le chemin qu'il faut suivre. La société est mal faite et ça, Aaron sera le premier à vous le prouver, en parler et cracher dessus pour être sur d'être bien compris... Faut dire que le caractère de ce grand garçon est aussi épicé que les plats mexicains. Il n'hésite pas à crier que tout l'emmerde... pardonnez moi l'expression mais c'est cil qui colle le plus à l'intensité de sa colère.

Pourtant, alors que pendant plusieurs mois, il s'est rendu compte à quel point la société pouvait être sombre et ne jamais vous venir en aide, alors qu'il pensait être perdu à jamais, alors qu'il ne demandait plus rien... une présence s'est fait une place à ses côtés, sur un pont, une demoiselle se baladait sous son parapluie, son bras dans celui d'un homme. Alors que la pluie tombait sur ses cheveux dépareillées, le jeune homme observait la jeune femme.

▬ Aline. Femme de courage, femme sans naufrages. Je t'admire pour survivre, je t'aime comme je respire. Je ne suis pas très souriant mais face à ton visage de diamant, je me dois d'en faire autant. Alors je m'ouvre peu à peu à ce cœur qui s'enflamme, à ce cœur aux milles feux. Je ne peux pas lui donner tout les sentiments partagés qui qui changent de berger quand le loup est arrivé. Puisque je dois fidélité au dirigeant de mes actions, je te demande pardon de ne pas plus t'aimer. Je te demande d'apprécier le peu que je puisse faire, une part de mon enfer. Dis toi que je te protège quand tes ennemis tendent un piège. Dis toi que je les tue sans que tu t'en sois aperçu.

C'est lors d'une de ses escapades, qu'il a rencontré celle qui fera son bonheur mais aussi sa détresse. Cette jeune demoiselle, un peu trop curieuse, avait trouvé la cachette de l'artiste et observait avec un doux sourire. Oui, une nouvelle cachette. Maintenant que la grotte de l'enfance avait laissé place au réalisme de l'adulte, il se devait de trouver un autre espace rien qu'à lui. Rendez-vous donc en haut d'un toit. Un petit espace poussiéreux avec un balcon cassé par l'usure. Malgré le risque Aaron s'assit toujours sur ce qu'il reste de la structure. L'italien balance ses pieds dans le vide face à la ville qu'il a l'impression de surplomber. Derrière lui la pièce ne comporte qu'un simple lit et une armoire. Le reste n'est que vieilles poutres, ambiance de grenier et croquis éparpillés. Ca lui convient très bien. Il a une maison, il a un toit, il a un abri.

Aaron sort une clope.
Le jour d'une bataille, le jour qu'une trouvaille.


Cette chance ? Il la doit à un homme. Cet individu qui lui a donné un moyen de tout recommencer...

▬ Alexei. Tu es un homme qui m'a aidé, tu es un homme qui m'a sauvé. Je le lui ai rien demandé et pourtant, c'est sans hésitation qu'il m'attends. Entre ses ordres et ses envies, c'est maintenant que je lui obéis. Je lui dois bien ça, moi l'homme d'en bas. Je n'étais qu'un squelette (DEDICASS ZAYN POWA), tu m'as donné une quête, une histoire à vivre pour pouvoir survivre. Je mourrais doucement quand, tendrement tu porta pour que je retrouve ma voie. Elle était tracée mais je m'étais égaré. Maintenant je suis ton soutient, ton soldat, ton armée... quand tes ennemis sont acharnés. Je me bats contre eux et demandent leurs adieux. Je me moque de les tuer, ils n'ont pas à te toucher.

Et le voilà cet homme de 23 ans assis sur son lit dem... ah non merde, trompé d'histoire. Non, il n'est pas encore mort mais malgré son arrivée récente, il se sent déjà comme un criminel. C'était ses débuts. Il s'en souvient encore. On lui demandait des petits services puis peu à peu il a sut montrer à son patron qu'il servait vraiment à quelque chose, qu'il était utile. A partir de ce moment, les demandes se faisaient plus étranges, plus dangereuse. Parfois il lui arrivait de prier avant de courir après un homme même s'il suffisait de courir. Courir sans jamais se faire repérer. Courir pour être plus fort. Courir pour vaincre.

Courage
Lien
Ordres
Partage
Entrainement

On peut dire que maintenant il prenait pied -pardonnez l'expression- de toutes ces missions dangereuses. Il se moquait d'être un hors la loi ou quelqu'un de bien. Tout ce qu'il l'importait, c'était rendre la pareil à l'aide qu'on lui a apporté. Répondre aux ordres. Certains vous diront que c'est lâche ou bien idiot, que le jeune homme n'a aucune vie s'il n'est pas dirigé par les fils d'un marionnettiste. Mais il s'est fait à cette vie et c'est très bien comme ça. En tout cas c'est suffisant. Il demande pas plus, il sait que la lune n'est plus. Au moins il se sait utile pour quelqu'un et c'est sans doute ce qu'il lui manquait. Il agit. Il offre son courage. Il offre son être.

♛ --------------------------------------------------------------------------------

Main composée de cinq doigts. La voilà qui se fait un chemin dans une poche de jean usé. Elle ressert ses ongles sur un paquet de carton et le tire violemment vers l'extérieur. Le pouce, bien entrainé par ce mouvement répétitif, qu'il fait plusieurs fois par jour, releva le haut du paquet pour laisser des bâtonnets couleur caramel hisser leur tête de là. Viennent la relève de l'index et du majeur qui capture une des clopes, laissant apparaître ses bas blancs. La main monte dans l'atmosphère avant de venir se coller contre les lèvres pour y passer le futur cadavre brûlé. Elle finit son tour de passe-passe en revenant au point de départ, remettant dans la prison de tissu, la boite dromadaire. Il ne restait plus qu'à l'autre main d'allumer cette cinquième clope de la journée et voilà que notre héros de roman pouvait savourer sa clope... s'il la savoure encore... Il sait juste qu'il peut plus s'en passer. Même le geste est devenu essentiel.

Aaron sort une clope.
... en fait, ma vie se résume à la clope.

Né avec une cuillère en argent dans la bouche, il faisait partie de ses enfants pourris gâtes, combler de biens matériels en tout genre. Cela peut paraître bien désirable aux yeux des gens d'une classe moyenne. Et pourtant, lui ne le voyait pas sous cet angle. Dès son enfance Aaron montrait dès signe de rébellion frénétique envers la bourgeoisie de Francfort, jusqu'à en aller à quitter sa famille pour vivre dans des rues incertaines, à se droguer, fumer et tout ce qui lui passait sous la main. On ne peut pas dire qu'il eut une vie tranquille, mais ceci était une choix personnel qu'il assumait et assumera toute sa vie. Un choix qui le conduit vers Alexei. Il fut son guide dans les moments où le jeune homme était perdu, entremêlé entre son devoir de riche et son envie irrésistible de s'évader à tout prix de ce système. Et c'est de fil en aiguille qu'il fut nommé récemment comme bras droit du roi, la dame des Altar.



PSEUDO Pwaar. ou Fubu
AGE Bientôt 20 balais wesh.
COMMENT AS-TU CONNU DP? En bouffant une orange et un oeuf, c'était leurs dernières paroles.
UN PETIT MOT? *sourire niais* (c)
PERSONNAGE 【MANGA】 Gareki - Karneval
Alone Caesus
avatar


Age : 24 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 29 Juin - 16:40
Des nouvelles par ici? :)
Pia J. Lupinelli
avatar


Merci qui : Alone Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Juil - 9:42
Oyaaa,
Je te fais pas patienter plus, te voilà validé ** (fait juste attention à quelques fautes 8D Mais, rien de grave krkr -pas comme les chevaux d'Aline quoi. :B)
Aline Saël
avatar


Age : 22 Merci qui : Ambroisie ♥ Messages : 68

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Juil - 17:04
    Mon amouuuuuuuuuur, bienvenuuuuuuuuuue ♥️ J'adore ta présentation de Aaron  
    Amuse toi bien parmi nous et hâte de te retrouver en RP, hihi (on vivra heureux jusqu'à la fin des temps \o/ /HAPPY END/)



RELATIONSHIPS

Man is the most insane species. He worships an invisible God and destroys a visible Nature. Unaware that this Nature he’s destroying is this God he’s worshipping.

Aaron Keinz
avatar


Age : 23 Merci qui : Beurre. :3 Messages : 9

Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Juil - 17:43
Trugarez pour la validation ♥

NYAAA. Aliine *o*
Contente qu'elle te plaise et oui, vivement le RP :3
Heureux ? What's this ? °°
Contenu sponsorisé





GOD save the QUEEN ♦

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Personaggi :: Identificazione :: Validés
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-