DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



c'est comme si tu brûlais et gelais simultanément, à chaque instant, éternellement ▬ ANASTASIA

Invité
avatar




Mer 11 Juin - 19:36

ANASTASIA SCALABRINO
22 ANS
ITALIENNE
GUITARISTE DANS UN GROUPE DE ROCK ALTERNATIF
HYPERSENSIBILITÉ 【sensum】

C'est une maladie, une malédiction. On pourrait croire que c'est un don, un avantage considérable, mais il n'en est rien. Tout ce qui t'entoure devient un potentiel danger, la peur te prend aux tripes lorsqu'un étranger approche sa main de toi, tu ne peux plus prendre les transports en commun, absolument tout contact devient source de souffrance pour toi et tu ne sais pas comment transformer cette "faculté" en atout. Il semblerait que ta frayeur aggrave les choses, mais il t'est tout simplement impossible de te détendre, tu es à cran, stressée, oppressée. Tes oreilles sifflent, la ville est bien trop bruyante pour ton audition sur-développée, ta vision t’accable d'une migraine permanente, tu y vois beaucoup trop bien, beaucoup trop loin, la moindre odeur te donne la nausée, tu as du mal à avaler quoi que ce soit, trop sucré, trop salé, trop acide, tu pourrais distinguer chaque ingrédient de n'importe quel mélange. Tu t'enfermes. Malgré toi. Tu attends désespérément un miracle, une solution, une épaule.



CARACTERE
Solitude. Terreur. Souffrance. Passion.

Anastasya c'est la fille seule, accoudée au comptoir, un étui de guitare dans le dos, le visage creusé par la fatigue, qui ne parle pas, qui ne boit pas, qui se contente juste d'occuper sa place, comme une digne plante l'aurait fait. Approchez-vous d'elle et vous ne récolterait que son départ immédiat. Sa chevelure rose vous effleurera peut-être le bras, et vous vous retournerez probablement, curieux, pour la voir s'éloigner, remarquant avec désespoir ses pansements sur le bras, comme vous en voyez si souvent ces derniers-temps. Il faut dire que les meurtres en masse rendent les gens complètement déboussolés, beaucoup ne veulent plus en avoir conscience et adoptent des solutions radicales. Mais vous ne savez rien d'Ana, ni même son nom, ni même ses secrets les plus enfouis. Tout au juste, vous vous rappellerez de l'avoir déjà vue jouer de la guitare dans un de ces bars en faillite dans les coins les plus reculés de Venise. 

Parce que sous ce regard bleu pâle et ce teint maladif se cache une personnalité tiraillée entre ce qu'elle est et ce qu'elle rêve d'être. Elle a conscience qu'elle n'est pas la seule à avoir un alumnus, mais serait-il possible qu'elle soit la seule à avoir un alumnus qu'aucun humain n'est en mesure de contrôler pour la simple et bonne raison qu'il est humain ? D'où vient ce présent maudit ? Des Dieux ? Dans ce cas je crains que nous n'ayons pas l'exacte vision des divinités. Son hypersensibilité la coupe du reste du monde, chaque contact, chaque bruit, est susceptible d'être douloureux. Elle est terrifiée, n'ose plus emprunter des rues trop fréquentées ou toucher qui que ce soit. Le stress omniprésent la rend inhumaine et lui fait piquer des crises de colère démesurées, elle hurle, crie, frappe. Elle blesse. Elle se blesse.

La drogue. L'alcool. Ce sont les seuls remèdes qu'elle a trouvés pour amenuiser ses sens et contrôler son sensum. Mais les injections l'empêchent de dormir, elle faiblit, un peu plus chaque jour. L'Espoir la maintient en vie. L'Espoir qu'un jour tout disparaisse, redevienne comme avant, qu'elle se réveille enfin, sortant d'un long cauchemar qui aurait paru durer des années et qu'elle oublierait en une matinée.

Elle rêverait de pouvoir enfin avoir des relations normales, de jouer dans des établissements plus renommés puis de flirter avec des inconnus en gondoles après un concert réussi. Se promener dans les rues et pouvoir toucher les gens, se faire bousculer en ressentant simplement un léger effleurement. Écouter le bruit des oiseaux sans avoir à se boucher les oreilles. Dormir paisiblement. Aimer, se faire aimer et vivre sa vie d'artiste passionnée jusqu'à mourir dignement à un âge respectable. Est-ce trop demander ?



HISTOIRE
Ana' c'était une gamine sans histoire, passant son enfance dans le jupes de maman et dans les bras de papa, le genre de fille unique qu'on remarque pas, une gentille "mademoiselle tout le monde" grandissant à Venise au sein d'une famille ni trop pauvre ni trop riche. Un modèle de banalité parmi tant d'autres.

À l'adolescence, elle se rebella contre le monde adulte, comme toute adolescente qui se respecte. Elle avait ses revendications bien à elle, elle voulait une guitare, des cheveux roses, un studio et sa liberté. Son père céda à la guitare mais lui refusa tout le reste, soucieux de protéger son unique fille et de la conserver des caprices regrettables de la jeunesse. Anastasia plongea dans une longue crise où elle refusa d'adresser la parole à son père pendant de longs mois. Jusqu'en 2007. Ana' avait alors 15 ans, et avait déjà repeint ses cheveux à la couleur des chamallows, sans l'autorisation de son paternel, naturellement.

Tout commença avec un léger mal de tête au mois de mars, au départ, rien de grave. Puis il prit rapidement des proportions inattendues, se transformant en atroce migraine et en forte fièvre. Ana s'enferma dans sa chambre pendant une semaine entière, car plus de personnes défilaient, plus sa douleur empirait. Peu à peu, elle se calma. Mais quelque chose avait changé. Elle commençait à avoir le vertige si ses mouvements étaient trop brusques, elle pouvait entendre le bruit permanent des veilleuses des appareils électroniques, l'eau lui semblait avoir un goût étrange, son lit une texture plus rugueuse que la normale, elle sentait les odeurs du restaurant se situant en dessous de  chez eux depuis sa chambre... Les premiers jours suivant l'apparition de son extremum sensum s'avérèrent uniquement curieux et indolores. Ses sens étaient simplement plus poussés que la normale. Elle se réconcilia avec son père qui avait su rester là lors de sa crise et lui confia sa découverte, mais celui-ci ne prit pas la révélation de sa fille comme elle l'espérait et il commença à faire des recherches sur les alumnus, à fouiller très loin dans l'histoire vénitienne, trop peut être...


PSEUDO : elisparadoxe, sinon moi c'est Elisa ! ;D
AGE : 15 ans, eh oui, je suis une gamine, mais mordue d'écriture et de lecture, je le jure !
COMMENT AS-TU CONNU DP? Par top-site et par hasard, c'est sans doute le destin ! /PAN/
UN PETIT MOT? Je craque sincèrement pour ce forum, j'espère qu'il va voler très haut. ♥
feat. MEGURINE Luka 【VOCALOID】
Invité
avatar




Mer 11 Juin - 19:51
Bienvenue à toi jolie damoiselle ;) ! J'adore Luka Megurine, alors j'ai hâte de lire ta fiche, et j'ai l'espoir d'avoir un lien aussi !
Invité
avatar




Mer 11 Juin - 20:18
Merciiii :D ! Ah que j'aime utiliser Luka, disons qu'elle est apte à de multiples personnalités, car elle est très représentée sur beaucoup d'illustrations et donc on peut la mettre de "plusieurs humeurs" selon ses avatars. Je me presse donc pour finir ma fiche pour qu'on établisse un lien ! :p
Alone Caesus
avatar


Age : 23 Merci qui : BERLINGOT. ❤ Messages : 217

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 29 Juin - 16:41
Bonjouuur.


Des nouvelles par ici? Est-ce que l'histoire est finie ou en uc?
Contenu sponsorisé





c'est comme si tu brûlais et gelais simultanément, à chaque instant, éternellement ▬ ANASTASIA

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Personaggi :: Identificazione :: Archivés
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-