DRAMATIS PERSONAE

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
CONTEXTE

Venise a sombré, Venise a peur. L'eau s'est teintée de rouge, les rues devenues dangereuses. Cette ville autrefois si magnifique, si belle, comme un petit paradis sur terre est devenue froide et lugubre. À la recherche d'une jeunesse éternelle, deux organismes s'affrontent dans les rues de Venise dans un jeu de meurtre inlassable.

Aileen LevyAres RiveiraMnemosyne
06.08

On fait le plein de nouveauté! C'est par ici.

Top site 1
Top site 2
Top site 3
Yggdrasill Treet



Ares Rivera - Major

Invité
avatar




Ven 20 Juin - 13:00
Ares Rivera
25 ans
Italienne
Policier - Major
Contrôle de la Terre【Terrae】

Vous entendrez sûrement de manière récurrente Ares crier comme un putois dans les rues pour réclamer un pot de fleur. C'est tout simplement parce qu'il désavantagé à Venise. Son alumnus consiste à manipuler, contrôler toute terre brute environnante. Le soucis étant qu'à Venise, il n'y a que de l'eau, et très peu de terre. Sauf dans les pots de fleur et le peu de parc présent. Et oui. Quelle plaie.





Bittesweet Echos

Bonjour Ares.
Bonjour Monsieur le Dieu.
Bonjour Madame la Guerre.

Ares.

Tu n'avais pas de nom.
Tu été juste un bébé anonyme comme beaucoup ont existé. Emmailloté dans des langes blanches, sans patronyme.  

Et puis, on t'a donné un nom, un identité, quelque chose a porter avec fierté.
Et laquelle!
Arès,  Dieu de la guerre. Bête féroce et sanguinaire s'il en est.

Mais la guerre que tu mènes est bien au delà de celle du Dieu, qui est celui des champs de bataille et des fracas des lances les unes contre les autres.
Toi, c'est une guerre personnelle.
Tu es tombé dans la vendetta.

Pourtant Ares, tu es, à l'origine, bien loin de tout cela.

Tu avais été un jeune homme brillant. Beau et aimant. Drôle et gentil.
Certes, tu l'es toujours, mais il y a une petite créature, qui gigote dans ton estomac, qui te ronge, qui mange la douceur et recrache l'amertume, qui suinte parfois dans ta voix, dans tes mots trop cassants.
Un vers doux qui te dévore les entrailles.

Mais tu t'efforces d'être juste Ares. Tu as toujours été ainsi.
Le bien, le mal.
Pas plus, pas moins.

Est-ce que le gris, le spectre entre le blanc et le noir existe?
Tu aimerais croire que oui, mais ton métier te montre bien d'autres choses.

Pourtant, tu le sais, l'home n'est pas fondamentalement mauvais. Pas plus qu'il n'est fondamentalement bon.

En quoi dois tu croire Ares?

Peut être que tu dois juste croire en toi?

Oui, ça c'est bien.
Tu ne te fais pas d'illusion.
Le monde n'est pas immaculé. Il y a parfois, au dessus des nuages de Venise, des éclaircies, des rayons de soleil. Mais ils n'en éclairent que plus encore les teintes carmines que prend le sang répandu, sur lequel tu poses tes yeux.  

Et toi, tu évolues au milieu de tout cela.

Quel est ta place la dedans, petit Major?
Quel est ton but?

Tu cherches quelqu'un. Un ombre parmi les ombres. Une lame qui sort d'une manche et défigure ce cadavre.

C'est lui que tu traques...

Pourtant, on dit soit proche de tes amis et encore plus de tes ennemis.
Les carabiniers n'étaient pas la seule voie.
Il y avait deux organisations et désormais trois.

Qu'est-ce qui a motivé ton choix?
Sans doute ta fierté. Tes valeurs.

Et puis, tu dois garder tes mains propres. C'est un honneur de servir les Carabinierii. Et surtout pour Elle.

Alors, inlassablement, tes pupilles s'ouvrent sur le monde, tous les matins et contemple de nouvelles taches de sang, de nouveaux lambeaux de chairs, que les organisations ont abandonnées dans la nuit.
Et c'est cruel, mais tout les matins, tu espère qu'enfin quelqu'un se sera fait écorché.
Tu espères que le tueur réapparaître et que l'enquête sera de nouveau ouverte.

Mais rien n'est encore venu à toi.

Alors tu attends patiemment, en broyant du noir.

Tu reposes ta voix cinglante et tu joues dans la poussière.

Tu sais ce que tu es Ares.

Tu es un fauve endormi, le roi de la Jungle, bercé dans sa torpeur.
Plaise à ton Dieu que jamais tu n'en sortes, car tu n'es pas sur de pouvoir sauver tes griffes. Et tu ne sais pas si tes mains seront encore propres suite à cela.

Mais tout cela dépend de ce que tu trouveras. De qui tu trouveras.

D'une façon ou d'une autre, tes griffes de pierre finiront dans une gorge.
Ton pouvoir se déchaînera.
Tu es un Alumnii et pas des moindres.
Tu fais partie de ceux qui, dans cette ville, maîtrise le mieux la mutation qui a altéré ton sang.
Tu peux sentir le pouls de la terre, tu peux déplacer des monticules, tu peux jouer avec la poussière.
Mais... Pour cela, il te faut de la terre. Douce ironie dans la ville qui baigne dans l'eau.

Tu auras toujours une faiblesse Ares. Personne n'est tout puissant. Ni toi, ni ces prétendus chefs auto désignés.



Dans le Clair Obscur de Venise

Tu te rappelles du vent dans les grands arbres de la Cour et des briques rouges de l'édifice, qui tranchait avec le vert des grands chaines.
Tu te rappelles aussi des grilles en fer forgé et de la lourde porte, en vieux bois, patiné par les ages et les mains des enfants.
Tu te rappelles les longs couloirs, aux sols froids et dur et la tomettes des petits chambres, que vous deviez laver pour qu'elles gardent leur éclat.
Tu te rappelles de ton matelas mou et des oreillers en plumes d'oie, qui avaient déboucher sur nombre de bataille folles et tardives, qui elles mêmes avaient menés à de sacrées réprimandes de la part de la directrice.
Tu te rappelles de la main que tout les soirs, tu tenais pour t'endormir. Tu avais si peur des cauchemars et Elle t'avait fait croire qu'elle avait un pouvoir magique. Qu'elle était une grande guerrière qui combattait les mauvais rêves. Tu l'avais bien entendu crut.
Tu te rappelles de son odeur aussi. calme, fraîche et posée, comme une bourrasque dans les chaleurs d'été. C'était une pointe douce et à la fois très amer. Le genre d'odeur que l'on mange et qui sert la gorge.

Tu te rappelles de son nom aussi. Elle se nomme Mary. C'est ta soeur. Ta petite soeur bien aimé, que l'on a retrouvé tout contre toi, une nuit, devant la porte. Tu te rappelles de son nom, parce que tes lèvres l'ont formés des millions de fois.
Mary. Comme une prière, au bout des lèvres, une berceuse pour s'endormir, une Litanie qui éloigne le mauvais oeil. Mary, comme un phare dans la nuit, quand toit tu es en pleine tempête sur l'Océan.

Mary.

Pourtant. Si ta voix ne se brise pas quand tu prononce son nom, tes yeux se ferme, honteux de leur oubli. Tu ne te rappelle plus de son visage.
Tu as oublié ses traits.
Tu ne sais plus la douceur qui habitait le coin de ses lèvres et son regard, si dur et si rieur à la fois. Tu ne te rappelles plus des petites mèches folles qui encadraient son visage et la ligne si droite et fine de son nez.

Pourquoi est-ce que tu as oublié Ares?
Pourquoi est-ce que tu ne veux pas te souvenir?

Ca fait trop mal?
Non, bien sur que non. Tu as déjà eu plus mal.
Tu as vu un corps.
Un corps rouge.
Un corps sans vie.

Est-ce que c'était Mary?

Non. c'est absurde. Ça ne pouvais pas être elle.

Vous aviez juré.
Vous aviez coupé vos mains, et dans le sang, une promesse avait été scellée.
il n'y avait que quelques mois à attendre.

Ensuite, vous seriez partis sans vous retourner.

Mary n'avait pas pu.
Mary n'avait pas le droit.

Mary t'as peut-être abandonnée?
Non. Tu été ce qu'elle avait de plus cher. ..

Alors que pourquoi, soudain, en 2007, t'es tu soudain retrouvé seul? Pourquoi, du coin de l'oeil tu n'apercevais plus la silhouette si familière?

Et surtout pourquoi, devant ce cadavre, tu n'as rien ressentit?

Qu'est ce que tout cela signifie?

C'est ce que tu cherches à découvrir.

Tu plonges encore une fois ton regard dans l'absence en face de toi. Les orbites vides de celui qui s'est fait torturé cette nuit ne te donnent pas de réponses.

Tu observes Nathaniel a tes côtés.

La journée va être longue.

Tu réajuste ta cravate.
Une nouvelle journée de ton quotidien sanglant. Les gants autour de tes poignets claquent.

Mary est sortie de tes pensées. Il n'y a plus que ces orbites vides et toi, devant elles, qui va percer ce mystère et trouver l'assassin de ce pauvre vénitien.
Tu passes en mode traque.



Phaon
AGE 21 ans.
COMMENT AS-TU CONNU DP?Top sites
UN PETIT MOT?Vous êtes justes fantastiques.
Battler Ushiromya【UMINEKO NO NAKU KORO NI】
Marco S. Da Firenze
avatar


Age : 19 Merci qui : Alone ♥ Messages : 72

Voir le profil de l'utilisateur

Ven 20 Juin - 13:06
Je te souhaite la bienvenue ♥️   
Vive les Carabiniers   


Pia J. Lupinelli
avatar


Merci qui : Alone Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur

Dim 22 Juin - 15:38
Bonjour Ares~ Tout d'abord, bienvenue sur DP **
Ensuite, je suis absolument d'accord avec Marco, vive les carabiniers :B

Concernant ta fiche, j'aime beaucoup ton style d'écriture. Malheureusement, l'approche que tu as d'Ares ne correspond pas à ce qu'on attendait, il est beaucoup trop sombre et le fait qu'il ait oublié le visage de sa sœur -personne la plus importante à ses yeux- nous déplaît aussi. Je ne sais pas si tu veux tenter de modifier ta fiche ou faire un nouveau personnage, mais j'espère sincèrement que tu resteras parmi nous ! Qu'importe le choix que tu prends, on est là si tu as n'importe quelle question~
Contenu sponsorisé





Ares Rivera - Major

Page 1 sur 1


DRAMATIS PERSONÆ :: Personaggi :: Identificazione :: Archivés
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-